Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Patrons, tenez bon !
Une lecture obligatoire pour tous les politiques

Karine Charbonnier , Albin Michel, 2016

On devrait instituer une sorte de Légion d’honneur pour les patrons. Diriger une entreprise dans la France d’aujourd’hui relève de l’exploit et ceux qui le font mériteraient d’être récompensés. Entre la fiscalité et les réglementations, les syndicats et les politiques, les salariés malhonnêtes et les clients de mauvaise foi, le chef d’entreprise essaie de s’en sortir. Certains ont la patience de le faire, d’autres choisissent l’exil et les délocalisations, surtout maintenant à l’époque de la mondialisation.

Dans ces conditions, c’est encore plus important de vanter les mérites de ceux qui ont choisi le combat contre le système qui leur est hostile. Karine Charbonnier fait partie de ceux-ci. A seulement 48 ans et avec son mari, Hugues Charbonnier, elle dirige un groupe industriel de 600 personnes. Tous les deux se heurtent, tous les jours, aux dérives d’un monde qui semble expressément bâti contre les entrepreneurs. Ils racontent leur combat dans un remarquable livre qui vient de sortir et qui devrait être envoyé à tous les élus de ce pays. Comme dans leur très grande majorité ils ne connaissent pas l’entreprise (seulement 11 chefs d’entreprise sur 577 députés !), les élus ne savent pas ce qui s’y passe et à quoi sont confrontés ceux qui créent la richesse du pays.

Il faut dire que notre chef d’entreprise, Karine Charbonnier, a vécu tout ce qu’il y a de pire dans le pays de l’étatisme et des inspections. Même le casier judiciaire à cause de l’inspecteur du travail. Car nous sommes un pays où la justice se prononce non seulement sur les conditions du travail dans l’entreprise mais aussi sur sa capacité à survivre économiquement ou à faire faillite. Un apprenti se casse un doigt dans une machine par négligence ? C’est le patron qui est coupable. Il doit prendre des avocats, organiser la défense, prouver sa bonne foi. Tout cela coûte de l’argent, du temps… qu’il aurait pu consacrer au développement de son entreprise. Il n’y a pas de contrat d’entretien pour la bouche à incendie ? Il faut démontrer que la fameuse bouche appartient à la commune qui en est responsable. Encore de l’argent et du temps perdu… Un salarié malhonnête profite des arrêts-maladie pour faire d’autres activités. L’entreprise conteste mais elle perd… La Sécurité sociale est juge et partie. Et les exemples peuvent être multipliés à l’infini. Ce qu’il faut – écrit avec justesse Karine Charbonnier – c’est un choc de confiance et d’équité. L’administration devrait cesser d’être l’ennemie de l’entreprise et, au contraire, l’accompagner, la conseiller…

En plus des tracasseries administratives, il y a aussi les taxes et les impôts. Une entreprise française paye 10 fois plus pour les assurances accidents et maladies professionnelles qu’en Allemagne et au Royaume-Uni : 7 % contre 0.6 % ! Alors que la médecine du travail est une véritable mascarade en France… La formation professionnelle a été confisquée par les syndicats qui s’en servent comme pompe à fric. L’auteur-chef d’entreprise propose un statut unique de l’alternance, une plus grande liberté de licencier. L’indemnité légale française est le double de ce qui est versé en Allemagne et ou en Angleterre.

L’entrepreneur a besoin de visibilité et de liberté. Il prend des risques et il n’aimerait pas les prendre juste pour payer des prélèvements qui sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs. Les constats accablants du chef d’entreprise et auteur de cet ouvrage sont toujours accompagnés de propositions de réforme. Pour plus de concurrence et pour la liberté de choisir : l’assurance chômage, l’assurance santé… Et – encore plus remarquable – Karine Charbonnier est une critique résolue du protectionnisme, pire ennemi de l’entrepreneur. Chiffres, statistiques internationales, arguments imparables, tout y est. Patrons, tenez bon ! La France devrait être fière de vous !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Syndicats : Nicolas Perruchot a raison mais il faut aller encore plus loin !

Compétitivité : la France est à la 21ème place


L’imposture de la nouvelle taxe régionale
600 millions d'euros d'impôts supplémentaires

20 millions d’euros d’indemnités pour « résultats insatisfaisants »



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications