Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Madoff au Sénat ou comment dilapider l’argent des contribuables

A l’occasion des élections sénatoriales, rappelons que, quel que soit le groupe politique auquel on appartient, le statut de sénateur est la meilleure assurance vie qu’on puisse avoir.

A l’occasion des élections sénatoriales, rappelons que, quel que soit le groupe politique auquel on appartient, le statut de sénateur est la meilleure assurance vie qu’on puisse avoir.

L’instruction du procès Madoff qui est en cours aux Etats-Unis vient de dévoiler que la Caisse de retraite des sénateurs français avait confié à cet escroc une partie des sommes qui y sont déposées et qui ont été bien évidemment perdues. Personne ne s’est indigné alors qu’il s’agit de l’argent des contribuables. Enquête de Nicolas Lecaussin dans le monde hors contrôle du Sénat.

Dans les médias, nos politiques ne cessent de s’indigner des parachutes dorés ou des retraites chapeaux dont profiteraient des dirigeants d’entreprise ou des banquiers. Rappelons que ces avantages n’ont rien d’illégal car ils étaient prévus dans leur contrat. Mais, de plus, ils concernent une minorité de Français, les grands privilèges se trouvent en grand nombre ailleurs, comme par exemple au Sénat.

Le train de vie des sénateurs

Le Sénat est devenu avec le temps une sorte de club pour personnes âgées. Mais un club où l’on est bien payé : presque 12 000 euros net par mois. Les privilèges ne sont pas réservés uniquement aux vénérables élus. Toute la Maison en profite. Ainsi, le personnel (environ 1 200 fonctionnaires) bénéficie de salaires qui vont de 2 300 euros net minimum (pour les jardiniers et les femmes de ménage) jusqu’à 20 000 euros net pour chacun des deux secrétaires généraux ; et cela sans compter les primes comme par exemple une prime de nuit accordée à tous, même ceux qui ne travaillent jamais… la nuit. Les 22 directeurs perçoivent un traitement qui tourne autour de 15 000 euros mensuels et les 220 administrateurs sont rémunérés en fonction de leur ancienneté, entre 10 000 et 12 000 euros par mois. Ces salaires correspondent à un travail très éreintant : entre 9 et 11 semaines de vacances par an et des semaines de 32 heures.

En plus de leur indemnité dont seulement la moitié est soumise à l’impôt, les sénateurs perçoivent une prime informatique (sic) mensuelle d’environ 1 000 euros par mois, ils reçoivent aussi une enveloppe destinée à payer l’équivalent de trois collaborateurs à temps plein (dont les deux tiers peuvent aller à des membres de la famille), sur la base de salaires mensuels d’un peu plus de 2 300 euros.

Leur Caisse de retraite est plus rentable que le système Madoff : Pour 1 euro cotisé, le Sénateur touche plus de 6 euros à la retraite

Mais peut-être les privilèges les plus impressionnants des sénateurs se retrouvent-ils au niveau de leur système de retraite. Ils bénéficient de leur propre Caisse, dans laquelle sont versées les cotisations des sénateurs ainsi que celles du Sénat, c’est-à-dire l’argent des contribuables. Cette caisse fonctionne comme un fonds de pension alors que les Français n’ont pas le droit de faire pareil et sont obligés de se soumettre à la répartition. La pension maximale atteint 6 230 euros par mois après seulement 25 ans de cotisation. Pour 6 ans de mandat seulement, ils peuvent même toucher 1 869 euros par mois ce qui est plus que la retraite moyenne d’un salarié du privé qui a cotisé pendant 40 ans ! Pour 1 euro cotisé, le sénateur touche plus de 6 euros à la retraite. Ils font encore mieux que Madoff.

Mais la très grande majorité des sénateurs touche beaucoup plus une fois à la retraite, grâce au cumul et au fait que la moitié ont été ou sont… fonctionnaires. Les veufs et veuves des sénateurs sont aussi très gâtés : on leur assure une pension mensuelle de réversion égale à 66 % de celle qu’aurait empochée le conjoint. Cette réversion peut donc atteindre presque 3 000 euros par mois ! Qui dit mieux ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les contribuables payent la retraite des parlementaires
La réforme reste à faire

Les retraites publiques
Pourquoi donc la Cour des comptes n'en parle guère ?


Fonction publique : la tromperie des cotisations retraites

Retraites des fonctionnaires : 90 % payées par le contribuable



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

article inutile !

le 22 mars 2010, 03:10

vous

# les senateurs

23 septembre 2011, 00:52

inutile.. non !! encore un rappel que plus haut ,ceux qui dirigent et gouvernent sont toujours et de tres loin plus haut

que le peuple !! a eux toujours les privilleges financiers et en nature les reformes ne sont que pour les travailleurs !!! JAMAIS pour les : deputes ,senateurs ,ministres hauts fonctionnaires , dirigeants de grandes ’entreprises publiques ou privees ! sana compte evidemment notre President de la republique

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications