Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les riches ne paient pas moins d’impôts que les autres

Le gouvernement trouve efficace et social de créer une « contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus ». Argument avancé : les riches payent moins d’impôts que les autres contribuables. Bercy reconnaît que ce n’est pas le cas. Il faudrait plutôt encourager les Français à devenir riches : c’est bon pour la croissance, et bon pour le fisc. Données commentées par Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.

« Faire payer les riches » : le slogan a peut-être inspiré le plan d’austérité du gouvernement, qui a laissé attendre que si un effort fiscal était attendu de la part des Français, il serait supporté essentiellement par les plus riches. La fiscalité doit demeurer « sociale » : cet argument sensé flatter les électeurs de gauche, ne plaît pas beaucoup aux électeurs de droite, qui se découvrent soudainement riches parce qu’ils ont investi dans la pierre par précaution pour leurs vieux jours.

Cependant, il est vrai que le gouvernement prévoit une « contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus ». Ici, le seuil a brusquement diminué d’un million d’euros par an à 250.000 euros. Le nombre des contribuables sera sensiblement accru.

L’argument essentiel de cette innovation réside dans le fait que les hauts revenus seraient moins taxés que les autres. Or, une Note du ministère des Finances du 19 septembre, passée (volontairement ?) inaperçue démontre que les riches ne paient pas moins d’impôts que les autres et même que, depuis 5 ans, 22 nouvelles hausses d’impôts ont concerné les hauts revenus sans compter celles que l’on prévoit pour 2012 : taxe spéciale sur les hauts revenus, plus-values immobilières, relèvement de la tranche supérieure de l’IR (de 40 % à 41 %) et augmentation des droits de succession pour les tranches les plus hautes.

Dans ses calculs, Bercy a fait également une comparaison avec les montants payés à l’étranger, et a découvert que les plus hauts revenus sont bien plus taxés en France qu’ailleurs. Les 100 000 Français les plus riches s’acquittent d’un impôt au taux moyen d’imposition de 28.3 % tandis que celui des 1 000 les plus riches est de 35.4 % et de 36.5 % des 100 les plus riches.

En réalité, les riches sont suffisamment taxés pour qu’ils décident de quitter le pays. Il y a d’ailleurs moins de millionnaires en France (396 000) qu’en Grande-Bretagne (491 000) ou en Allemagne (833 000). Même le Conseil des Prélèvements Obligatoires dans son rapport de mai 2011 (p.366) écrit que, en 2009, les foyers du décile supérieur de la distribution des revenus déclarés ont acquitté 74% de l’impôt tandis que la part des foyers non imposables d’environ 47%, n’a presque pas varié depuis 2000.

Aux Etats-Unis aussi les riches paient beaucoup plus d’impôts que les autres. Les 1 % des plus riches acquittent plus de 40 % du total de l’impôt sur le revenu et les 5 % des plus riches paient presque 95 % du total ! Lorsque le milliardaire Warren Buffett déclare payer moins d’impôts (proportionnellement) que sa secrétaire il oublie de préciser le fait qu’il paye bien d’autres taxes (sur le capital, les bénéfices, etc), que sa secrétaire ne paie pas. Et aussi – et surtout - qu’il fait des dons de centaines de millions de dollars aux organisations caritatives. Les chiffres de l’IRS (Internal Revenue Service – la DGI américaine) sont indiscutables. Les Américains qui gagnent plus d’1 million de dollars par an paient 2 à 3 fois plus d’impôts que ceux qui gagnent moins de 100 000 dollars par an. En 2008, la taux moyen d’imposition pour les millionnaires a été de 23.3 % et pour ceux qui gagnent entre 30 000 et 50 000 dollars de 7.2 %. Si le taux d’imposition de M. Buffett a été de 17.4 % c’est bien évidemment parce que la plus grande partie de ses revenus ne proviennent pas d’un salaire.

Ce qu’il faut en France, ce n’est pas ouvrir la chasse aux riches mais, au contraire, encourager les Français à s’enrichir en créant des richesses : c’est bon pour sortir de la catastrophe économique, et c’est bon pour les recettes fiscales !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les syndicats et les milliardaires soutiennent Hillary Clinton

La retenue à la source empoisonnée


France : moins d'inégalités c'est aussi moins de croissance

Anti-Piketty - Vive le Capital au XXIe siècle



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

Qui paye les impots

le 30 septembre 2011, 11:25

Oui il faut aider les Français des classes modestes et moyennes à devenir riche. Sarko le dit tout le temps, or que constate-t’on : les pauvres deviennent de plus en plus pauvres et assistés, les classes moyennes s’appauvrissent et rejoignent les pauvres et les très riches et nos sportifs et artistes deviennent de plus en plus riches grâce à al France dans la plupart des cas de figures....et payent les impôts en Suisse.

Il n’y a pas moins de milliardaires en France qu’en UK ou RFA ... Ils vivent en Suisse (comme la plus part des artistes ou sportifs et les personnalités les plus aimées des français ou cachent leurs milliards aux iles Caïman. Remarquez aussi que le fisc allemand n’est pas généreux non plus y ayant vécu.

- Répondre -

impôts des plus riches

le 30 septembre 2011, 15:07

Je ne comprends pas les chiffres d’imposition comparés entre France et étrangers pour les 100000 personnes les plus riches puisque le taux annoncé par bercy est moins élevé en France ?

- Répondre -

L’impôt des riches en France

le 30 septembre 2011, 16:05

Selon votre article du 29/09, les riches sont moins imposés en France. Or vous mentionnez "un taux moyen d’imposition de 28.3 % (en France) tandis que ce taux est compris entre 35.4 % et 36.5 % ailleurs". C’est où ailleurs ? Et donc il reste une marge de manoeuvre au gouvernement pour compenser plus ou moins cet écart.

Pour avoir une idée réelle du taux moyen d’imposition, il faut plutôt regarder le montant des prélèvements obligatoires des riches en France par rapport à l’Allemagne, au R.U ou aux USA et leur évolution dans le temps. Celà me parait plus informatif sur ce que paient réellement les riches, aussi par rapport aux moins riches. Au fait, comment définissez vous un riche exactement ?

- Répondre -

L’Etat providence

le 1er octobre 2011, 18:15

détruit une société. Le problème ne sont pas les riches. Les riches seraient plutôt même la solution. Mais voilà entreprendre dans ce pays, utiliser cet ascenseur social qui aux USA fait d’un entrepreneur qui réussit un riche en devenir, est devenu un chemin de croix en France. La faute à qui ? A un URSSAF et un fisc politisés qui font la chasse à ceux que le travail acharné a sorti, péniblement, de la classe moyenne basse. La faute à une fiscalité brutale, à un état d’esprit socialisant, à une bien-pensance qui s’auto-nourrit de préjugés anti-libéraux.

Nous avons plus que jamais besoin de riches. Mais ne comptez pas sur les politiciens pour en fabriquer. S’ils connaissaient la recette du succès, ils n’auraient pas embrassés la carrière politique.

- Répondre -

impots des"riches"

le 6 octobre 2011, 01:06

Merci de revenir sur votre excellent mais trop bref article pour :

a / Définir ce qu’on appelle "impôts" et pour ma part je préférerais parler de "prélèvements, en y incluant :

la CSG 1 et 2 et RDCS

les taxes foncières et habitation

car comparer les "impôts" en france et en allemagne n’a aucun sens puisque la France seule utilise ce procédé

b / revenir sur les taux des tranches supérieures qui sont en France beaucoup plus faible que généralement et personnellement je ne vois pas pourquoi le taux maximal au dessus de 500.000 euros ne serait pas de 45 voir 50%.

Enfin vous n’abordez pas les impôts qui frappent en france les revenus de l’épargne qui contrairement à ce que disent les journalistes et même Mme. Pécresse ne sont pas inférieurs aux revenus du travail mais supérieurs, grace à l’action du gouvernement Fillon qui deux fois par an a augmenté les taux et réduit voir supprime les abattements,au cours des trois dernières années

Quand il n’y aura plus d’idiots utiles en France pour acheter les obligations de l’Etat français, alors nous seront livrés au bon vouloir des Chinois et autres étrangers ?

J’aimerais que vous abordiez prochainement ce dernier thème dans une réflexion sur les enjeux et conditions de sauvetage de la France.

Dufournet jean-paul

- Répondre -

Goufio

le 8 janvier 2012, 19:34

1) L’article de N Lecaussin aborde le seul impôt sur le revenu et pour les pays pris en exemple il expose la proportionnalité des impôts sur le revenu payé par les plus riches. Il ne s’agit pas d’une comparaison par le taux moyen d’imposition.

2) Taxer le riche n’a jamais enrichi le pauvre car voyez en France le payé le plus taxé au monde, il y a 8 millions de pauvres d’après le revenu médian (qui touchent la prime pour l’emploi), il y a 131 000 sans abri et 956 000 personnes qui se nourrissent au Resto du cœur et l’Etat prélève 56 % de la richesse annuelle créée soit 1 100 Mrds.

Taxer plus fortement les 10 % de Français les plus riches qui gagnent plus de 35 000 euros n’améliorerait pas la condition des plus pauvres, mais aurait pour conséquences probables de les démotiver, cela s’appelle l’effet marginal.

3) Pour les obligations d’Etat sachez que 70 % sont détenus par les investisseurs étrangers, c’est scandaleux et bien la preuve que notre épargne nationale ne peut pas nous permettre de vivre sur ce train de vie qu’il est urgent de baisser.

Pour les conditions de sauvetage, les dettes elles se remboursent et le moyen est la baisse de nos dépenses publiques il n’y a pas d’autre moyen.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications