Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les nouveaux impôts de la peur

Alors que le XXème siècle n’a pas encore refermé les plaies de ses idéologies meurtrières, le XXIème siècle s’invente de grandes peurs pour justifier de nouveaux totalitarismes. Commentaire de Jean-Philippe Delsol.

Du réchauffement climatique au H1N1, ces grandes peurs sont utilisées par les nouveaux idéologues pour en appeler à l’Etat, et les gouvernements peu scrupuleux s’en saisissent volontiers, avides d’augmenter leurs pouvoirs et de justifier un carcan légal et des prélèvements opérés indûment. Après l’échec définitif du communisme, les idéologues, qui ne peuvent plus décemment se prévaloir de Marx et de ses épigones pour régenter le monde, ont imaginé de nouveaux moyens de soumettre les peuples à une pensée unique et à un pouvoir exclusif et dominateur.

Au nom du réchauffement climatique , les écologistes cherchent à mobiliser un pouvoir mondial capable d’imposer à la société toute entière de revenir à l’âge des cavernes, avant même que le feu existât tant celui-ci a contribué à la déforestation ! Déjà ils ont réussi à faire que nos ampoules n’éclairent plus, que nous soyons assujettis à de nouvelles taxes dites « carbone », et bientôt ils voudront que nous ne mangions plus de bœuf, que nous n’ayons plus d’enfants… Les hommes politiques qui à Copenhague ont, dans la cacophonie, contribué à cet hallali du progrès du monde n’ont sans doute pas toujours conscience du danger de leur attitude. Ils croient parfois être libéraux, ne décidant d’user de la force contre certains membres de la communauté mondiale que pour les empêcher de nuire aux autres, en accord à ce titre avec John Stuart Mill. C’est l’excuse qu’il est encore possible d’accorder au président Nicolas Sarkozy influencé par le principe de précaution que son prédécesseur a inscrit dans la constitution. Mais les prémisses sont fausses car le réchauffement qu’ils invoquent n’est pas encore démontré et le lien avec l’activité humaine est de moins en moins crédible aux yeux d’ une partie significative du monde scientifique.

Au nom d’une possible et néanmoins très hypothétique pandémie , le gouvernement français s’est arrogé l’exclusivité de la vaccination contre la déferlante annoncée de la grippe H1N1, comme si l’Etat pouvait seul contrôler un tel fléau, comme si les médecins avaient perdu subitement toute capacité. Il a fallu que quelques 4 millions de Français, rendus inquiets par une propagande médiatique forcenée, fassent la queue dans des centres administratifs aussi efficaces que l’administration soviétique au temps de sa splendeur. Quand les internes et autres médecins réquisitionnés étaient présents, ce qui n’était pas toujours le cas, les infirmières manquaient ou les pompiers,-oui, car il fallait des pompiers eu égard à la gravité de la chose-, ou plus simplement les clés du local… L’Etat voulait agir seul et régir seul cette arlésienne, et bien entendu il l’a fait mal et au détriment de la confiance que le patient entretient naturellement avec son médecin. Mais il l’a fait à nos frais, en taxant dans la loi de finances rectificative les mutuelles, c’est à dire nos cotisations, à 0,77% de leur chiffre d’affaires.

Au nom de la crise financière , les Etats se sont empressés de se prétendre seuls capables de sauver le monde de la fin du monde. Il fallut admettre bientôt qu’il s’agissait tout au plus d’ailleurs de la fin d’un monde avant que de constater que le monde continue comme avant. Et s’il doit survivre peut-être un peu plus mal qu’avant c’est qu’ il sera désormais un peu plus encadré par des institutions étatiques multiples et inadaptées, capables surtout d’entraver la marche normale des affaires du monde. Et déjà la crise justifie-t-elle de nouveaux impôts sur les banques et des taxes sur les bonus, des contraintes sur les entreprises et en perspective l’inflation et une hausse globale des prélèvements fiscaux et sociaux.

Ces grandes peurs sont toutes prétextes à plus d’Etat et moins de liberté. Elles sont les instruments de tous ceux qui sont frustrés par l’échec du socialisme qu’ils essaient de faire revivre autrement. Elles sont les oripeaux dont se parent les nouveaux idéologues pour instiller dans la société désormais planétaire le fléau qu’ils n’ont pas renoncé à répandre.

Ces nouveaux idéologues utilisent les mêmes méthodes que leurs anciens maîtres. Ceux-ci ralliaient à leur cause au nom de la lutte contre la misère ou de l’inégalité. Ceux-là en appellent aux risques dits systémiques du climat ou de l’économie. Tous manient les bons sentiments et de pseudos arguments scientifiques pour que leurs discours deviennent propos communs, langue de bois et verbiage politiquement correct. Tous répudient la critique et la liberté de la recherche et de la parole. Le scandale de l’Université d’East Anglia en a apporté la démonstration : un millier de mails saisis n’avait pour seul propos que d’écarter du débat les scientifiques sceptiques à l’égard du réchauffement climatique ou, du moins, de son origine humaine.

L’histoire pourrait-elle se répéter ? Le collectivisme et l’étatisme qui nous sont prêchés aujourd’hui pourraient nous ramener quelques années en arrière, et conduire le monde à ce modèle déjà et trop tôt oublié du soviétisme, que Sartre nous donnait en exemple. Alors dissuadons nos contemporains d’écouter les marchands de peur, et exerçons notre liberté pour sauver notre monde.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les inondations, illustration de l’incurie de l’État

Le budget britannique continue sur la voie des économies et de la baisse de la fiscalité


La grande hypocrisie des célébrités écolos

Dîner de remise du Prix Renaissance de l'Economie 2015
Mercredi 20 mai 2015 à l'Aéroclub de France, Paris



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (5)

Oui pour d

le 28 février 2010, 20:14

...l’argumentation contre la r

# R

1er mars 2010, 10:27

Tout

- Répondre -

Excellent alibi

le 6 mars 2010, 16:02

Si les gouvernements, quels qu’ils soient, suivent tous ces cr

- Répondre -

probl

le 6 mars 2010, 21:31

Notre auteur est perspicasse pour les deux premiers sujets car effectivement le r

- Répondre -

Incroyable !

le 4 mars 2012, 22:16

Enfin du journalisme.

Quelle misère en ce moment, nous n’avons que désinformation, pensée unique, blabla indigeste, que ça fait plaisir un article de ce genre alliant vérité, intelligence et neutralité, du journalisme tout simplement.

Ils se font rares les journalistes depuis 15 ans...

Faudrait taxer les citoyens pour mieux former nos journalistes !

Non, je plaisante, bien entendu :D

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications