Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les grévistes ruinent le port de Marseille

La pénibilité du travail des grutiers et manutentionnaires du port de Marseille, c’est trois heures par jour, douze par semaine, pour un salaire mensuel entre 3.000 et 5.000 euros nets. Ces chiffres sont donnés par la Cour des Comptes. Nicolas Lecaussin se demande ce qui va rester de l’activité portuaire française !

La Cour des comptes vient de rendre public son dernier Rapport sur le Grand Port maritime de Marseille bloqué par les syndicats pendant des semaines. Le temps de travail moyen d’un portiqueur (grutiers et portiqueurs font partie du personnel de la « manutention verticale ») est de 3h à Marseille et la durée hebdomadaire du travail est de 12h. Le personnel manutentionnaire travaille deux fois moins que ceux des autres grands ports européens. Concernant les rémunérations, le personnel perçoit des gratifications illégales qui peuvent s’élever jusqu’à 1 300 euros par mois, de sorte qu’un portiqueur est susceptible de gagner entre 3 500 et 4 500 nets/mois. Le plus bas salaire est de 2 700 euros par mois. On compte environ 132 primes malgré les recommandations de la Cour lors d’un contrôle effectué en 2005 et qui avait recensé …120 primes. Ces primes peuvent représenter 41% du salaire de base de sorte qu’un agent du GPMM peut percevoir, en plus de son salaire de base, 70% du montant de celui-ci en primes et indemnités diverses.

Et ce n’est pas tout. Comme un bon salaire pour peu de travail ne suffit pas, on compte 26.53 jours d’absence par an. Cinq semaines de vacances supplémentaires ! Ce n’est pas Alice au pays des merveilles mais ça y ressemble beaucoup. Le rapport note aussi la position ambigüe des autorités face aux surenchères de la CGT, qui a abouti à une situation inextricable. « Il manque au port de Marseille que s’y applique l’état de droit normal où chacun tient son rôle dans le débat économique et social, mais où les limites du débat démocratique ne sont pas franchies », soulignent les magistrats, qui en conclusion insistent « auprès des dirigeants du GPMM mais aussi des tutelles ministérielles et des représentants locaux de l’État, pour qu’ils sanctionnent, ou fassent sanctionner, les dérives accompagnées de violences, notamment en portant plainte systématiquement » !

Trafic (en millions de tonnes, 2009)

Port de Marseille 83

Port d’Anvers 158

Port de Rotterdam 387

Ainsi nos syndicalistes ont-ils laissé le port de Marseille bien loin de ses concurrents. En millions de tonnes, Marseille représente deux fois moins qu’Anvers et plus de 4.5 fois moins que Rotterdam. Les bateaux évitent de plus en plus Marseille. Après la faillite de la construction navale, puis de la réparation navale, puis des paquebots (le « France »), la CGT prépare celle des ports.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Accord libre-échange avec le Canada
L’UE exporte plus qu’elle n’importe

Les retraites publiques
Pourquoi donc la Cour des comptes n'en parle guère ?


L'augmentation du prix des timbres ne sauvera pas La Poste

Taxis : pourquoi l'État est responsable du conflit



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (9)

Ports Etat CGT ENA etc

le 17 février 2011, 13:43

La CGT responsable, oui ! Mais quel est le rôle de l’Etat dans cette triste affaire ? Elément de réponse :

Diplômé de l’ENA, Jean-Claude Terrier était pour sa part directeur général du port autonome de Dunkerque depuis mars 2004. Il pourrait prendre ses fonctions en septembre, dès que sa nomination aura été validée en conseil des ministres.

Une fois en poste, Jean-Claude Terrier devra mener à bien l’application de la réforme portuaire, adoptée en juin par le parlement, après avoir suscité des grèves depuis avril en raison de l’opposition de la CGT au transfert des activités de manutention à des opérateurs privés. Le PAM doit se transformer en grand port maritime à partir du 1er octobre.

Le jeudi 14 août, le conseil d’administration du port autonome de Dunkerque se réunira à son tour pour désigner le ou la remplaçante de Jean-Claude Terrier. Un nom sera ainsi soumis au vote du conseil, en l’occurrence celui de Martine Bonny, actuelle directrice du port de Rouen.

Martine Bonny, 59 ans, a pris la direction générale du port autonome de Rouen en 2004. Après vingt-cinq ans passés dans les ministères, cette énarque avait alors ressenti l’appel du terrain. À cette époque, elle était devenue la première femme à diriger un grand port en France, avec près de 600 salariés.

Martine Bonny avait dû alors convaincre la communauté portuaire rouennaise qu’elle n’était pas venue pour organiser la fusion avec le port du Havre, vieux serpent de mer en Normandie, mais pour développer le port de Rouen.

Est-ce que vous pensez vraiment que ce ballet d’"énarques" peut régler la déconfiture des ports : NON. L’Etat est aux manettes, il est complice : pourquoi ? comment ? jusqu’où ?

- Répondre -

port de Marseille

le 17 février 2011, 17:38

des acquis sociaux qui sont en contradiction avec la survie même de l’entreprise. il faut que les Français parlent égalité (justice) pour tous et non pas avantages particuliers. car si tout le monde tire la corde.....

- Répondre -

Port de Marseille, LeHavre aussi...

le 18 février 2011, 08:58

Nicolas Lecaussin a raison de dénoncer ce scandale bien français, malheureusement.

Sa conclusion n’est que trop vraie : Merci à la CGT d’avoir permis le démantèlement de l’industrie portuaire (avec Marseille et Le Havre pourtant idéalement placés géographiquement) et du transport de passagers avec, aujourd’hui, les croisières.

Quant au transport de marchandises, il n’y a pratiquement que CMA CGM pour les conteneurs, essentiel du gros trafic maritime.

Nos politiques successifs ne sont pas étrangers à ce désastre :

Ainsi, pourquoi la loi de privatisation des ports, votée en 2008, n’est-elle toujours pas appliquée ?

- Répondre -

port de marseille CGT

le 18 février 2011, 11:11

les abus de la CGT dans différents secteurs(EDF GDF SNCF) avec la complicité passive voire active des patrons et des politiques et gouvernements successifs ’n’est plus démontrer et l’on ne doit pas s’étonner d’assister a toutes ces dérives

j’ai même en tant que syndicaliste traduit la CGT devant les tribunaux qui malgré les évidences des griefs m’ont donné tort et j’ai paye des dépends pour avoir défendu droit et morale

- Répondre -

La cgt et le port de Marseille.

le 18 février 2011, 11:23

La CGT s’entête à scier la branche sur laquelle elle est assise...C’est déjà le cas à la SNCF,mais je crois que les dockers de Marseille battent tous les records.Y a-t-il un moyen de privatiser ce genre d’activité ? Qu’en pense Mr Gaudin ? Il est consternant de voir la CGT locale détruire l’outil de travail avec un tel aveuglement,tout comme dans l’imprimerie.Qu’attend le Gouvernement pour faire cesser chirurgicalement cette tumeur ?

Dominique FELLOT

- Répondre -

port de Marseille

le 19 février 2011, 07:45

Bavardages et commentaires ne servent à rien ; la CGT et le Parti communiste démolissent systématiquement notre pauvre France depuis les lois scélérates post Liberation....Cela fait 55 ans que ça dure:spécialité bien Française,hélas

- Répondre -

Ce qui restera du port de

le 19 février 2011, 09:27

Ce qui restera du port de Marseille ? Rien ! C’est comme Le Havre : Presque toutes les marchandises pour Paris partent par la route de Rotterdam au lieu du Havre. Ceci dit, (1) le transport maritime jusqu’à Rotterdam est plus loin donc plus cher, (2) Rotterdam est plus loin que Le Havre, (3) le transport routier est plus cher que le transport fluvial. Malgré ces trois raisons, 80% des marchandises arrivent via Rotterdam. La faute à qui ? Les dockers CGT.

- Répondre -

Allez voir ailleurs !

le 19 février 2011, 14:33

En tant qu’importateur, j’évite absolument les ports français en général, et le port de Marseille tout particulièrement. Moi-même et mes clients nous en félicitons tous les jours.

- Répondre -

Racket

le 19 février 2011, 18:43

Les dockers CGT du port de Marseille font du racket et ce depuis longtemps. Quand une personne veut récupérer sa voiture achetée dans le pays où il a travaillé il doit passer à la caisse s’il veut récupérer sa voiture en bon état.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications