Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les fonds de pension : bons pour les élus locaux mais pas pour les Français

Les fonctionnaires ont leur fonds de pension par capitalisation (PREFON). Mais les élus locaux ont aussi le leur : FONPEL. Pourtant les fonds de pension et la capitalisation sont interdits aux Français ordinaires qui paient d’ailleurs pour la retraite par capitalisation des élus... Remarques de Nicolas Lecaussin, Directeur du développement de l’IREF

Les fonctionnaires ont leur fonds de pension par capitalisation (PREFON). Mais les élus locaux ont aussi le leur : FONPEL. Pourtant les fonds de pension et la capitalisation sont interdits aux Français ordinaires qui paient d’ailleurs pour la retraite par capitalisation des élus... Remarques de Nicolas Lecaussin, Directeur du développement de l’IREF

L’IREF a déjà eu l’occasion de révéler l’existence des fonds de pension à la disposition des fonctionnaires (la PREFON - Caisse Nationale de Prévoyance de la Fonction Publique, le RAFP – Retraite Additionnelle de la Fonction Publique) et aussi de la retraite gérée par capitalisation de nos sénateurs. Mais on découvre aussi que les élus locaux ont leur fonds de pension : le FONPEL. Encore une hypocrisie de la part de nos élus alors que les fonds de pension et la capitalisation sont interdits aux Français ordinaires qui paient d’ailleurs pour la retraite par capitalisation des élus...

Le FONPEL est un fonds de pension destiné aux élus locaux qui ont souscrit un contrat pendant leur mandat électif supplémentaire par capitalisation (avec sortie en rente). Créé en 1993, le FONPEL a des réserves s’élevant à 204 millions d’euros pour des engagements de 182 millions d’euros (chiffres Rapport 2008). A son lancement, les cotisations encaissées ne représentaient « que » 7 millions d’euros, en 2008, elles étaient déjà de presque 17 millions d’euros. Les adhérents au fonds sont des maires (23 %), des adjoints (43 %), des présidents et vice-présidents d’Etablissements Publics EPIC(20 %), des conseillers régionaux (4 %) et des conseillers généraux (10 %).

Une politique de placements…ultralibérale

La politique de placements du FONPEL est décidée par une Commission de gestion financière qui réunit chaque semestre les organismes membres (AGF, AXA, CNP). Dernièrement, et malgré la crise, le montant de la part des actions dans les placements a augmenté fin 2008 passant de 16.9 % fin 2007 à 19.6 % fin 2008. Le reste de 80.2 % est constitué des produits des taux. Concernant la composition de la part de son portefeuille en actions FONPEL choisit la diversification. Quant aux zones d’investissement la zone Europe est prépondérante à 91.50 %, par rapport à l’Amérique (4.80 %) et l’Asie (3.70 %). Au total, les placements financiers représentaient 201 Millions d’euros en 2008.

Le Rapport d’activité du FONPEL nous avertit que le fonds de pension privilégie « la sécurité et le long terme ». C’est exactement la caractéristique de la retraite par capitalisation. Les provisions réglementaires sont constituées à hauteur de 208 millions d’euros et sont supérieures à la valeur des engagements du régime. Ce qu’on appelle un complément de retraite assuré.

Les contribuables paient pour la retraite par capitalisation des élus

Mais ce n’est pas tout. Les élus adhérents à ce fonds de pension versent une cotisation qui ne doit pas dépasser 10 % de leur indemnité. La collectivité locale double la mise en contribuant avec le même montant. Ce qui veut dire que le contribuable paie pour la retraite par capitalisation des élus locaux ! Une fois à la retraite, la pension versée par le fonds est fortement défiscalisée (jusqu’à 70 %).

Comme les sénateurs et les fonctionnaires, les élus locaux ont compris l’intérêt des fonds de pension et de la retraite par capitalisation. Pourquoi les interdisent-ils aux autres Français ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Menaces sur l'assurance-vie

Retraites : Marisol Touraine nous raconte des histoires


Les retraites publiques
Pourquoi donc la Cour des comptes n'en parle guère ?

Analyse et évaluation des systèmes de retraites par les risques



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

Bonjour, Qu’est-ce qui

le 29 octobre 2010, 11:56

Bonjour,

Qu’est-ce qui interdit au français du secteur privé de cotiser à fond de pension par capitalisation ?

Merci pour votre réponse,

Frère jacques

# Connaissez-vous beaucoup de

29 octobre 2010, 12:05 - Nicolas Lecaussin

Connaissez-vous beaucoup de fonds de pension installés en France ? Les fonds de pension pour les fonctionnaires et élus sont spécialement créés pour eux et - qui plus est - abondés avec l’argent des contribuables.

NL

- Répondre -

Qui aura le courage, soit de supprimer ces régimes priviligiés,

le 30 octobre 2010, 14:03

Qui aura le courage de supprimer ces régimes priviligiés.

De toute manière la protection la plus efficace est de se débrouiller tout seul en essayant de payer le moins possible de prélèvements.

Egoiste oui mais la seule manière de s’en sortir sur le long terme.

En vrai libéral, moins l’ETAT sera impliqué meilleur sera ma situation...

- Répondre -

Sécurité Sociale= 2ème Impôt sur le Revenu

le 30 octobre 2010, 18:18

Bsr,

Il faut savoir que tout ce qui rentre dans les fonds de la Sécurité Sociale sont passibles d’une spoliation ce qui constitue un 2ème Impôt sur Le Revenu secret et anticontitutionnel direct à la source.

J’ai moi-même via une sté de courisers privés, porté des chèques détournés par le Fisc sur les charges sociales des travailleurs via la banque Paribas et URSSAF.

Il est compréhensible que nos gouvernants et le Trésor Public se désaisisse de cette manne dans des fonds alors qu’elle lui sert quotidiennement à s’engraisser.

@+

N.B. : petite chose il va de soi que j’ai conservé des preuves de cette arnaque fiscale.

- Répondre -

Sécurité Sociale= 2ème Impôt sur le Revenu

le 30 octobre 2010, 18:18

Bsr,

Il faut savoir que tout ce qui rentre dans les fonds de la Sécurité Sociale sont passibles d’une spoliation ce qui constitue un 2ème Impôt sur Le Revenu secret et anticontitutionnel direct à la source.

J’ai moi-même via une sté de courisers privés, porté des chèques détournés par le Fisc sur les charges sociales des travailleurs via la banque Paribas et URSSAF.

Il est compréhensible que nos gouvernants et le Trésor Public se désaisisse de cette manne dans des fonds alors qu’elle lui sert quotidiennement à s’engraisser.

@+

N.B. : petite chose il va de soi que j’ai conservé des preuves de cette arnaque fiscale.

- Répondre -

Il faudrait accepter la rationnalité

le 31 octobre 2010, 14:44

"Comme les sénateurs et les fonctionnaires, les élus locaux ont compris l’intérêt des fonds de pension et de la retraite par capitalisation. Pourquoi les interdisent-ils aux autres Français ?"

Parce que pour passer d’un système que tout le monde pense excellent à un système que tout le monde pense exécrable, il faut passer par un débat de société rationel où l’on examine calmement les avantages et les inconvénients de chaque système.

Or, nous le savons, le débat public RATIONEL de questions de société est impossible en France. C’est l’exception française.

- Répondre -

toujours pour les mêmes

le 7 mai 2012, 21:52

je comprends pourquoi ils se battent pour prendre le pouvoir

jusqu’à détourner l’argent de nos impots quel honte ..

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications