Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les contribuables payent la retraite des parlementaires
La réforme reste à faire

Lors du dernier débat entre les deux candidats à la primaire de droite, une question a été posée concernant le régime de retraite des parlementaires. Les deux candidats ont vite balayé le sujet en soutenant qu’une réforme avait été faite et que beaucoup de fantasmes circuleraient autour de la retraite des parlementaires. Les journalistes sur le plateau n’ont pas réagi et le sujet a vite été évacué. Pourtant, les deux candidats n’ont pas exactement dit la réalité. Il ya eu effectivement une « réformette » en 2010 qui a aligné le régime de retraite des parlementaires sur celui des…fonctionnaires. Tout en gardant leurs privilèges.

Premièrement, les sénateurs bénéficient d’un régime par points et par capitalisation (ce qui n’est pas le cas pour les salariés du privé). Ils ont un véritable trésor de 630 millions d’euros de fonds propres pour environ 965 pensionnés.

Pour 1 euro de cotisations, l’employeur (l’Assemblée) verse 7 euros.

En consultant les Etats Financiers (Annexes) de l’Assemblée nationale au 31 décembre 2015 on peut trouver les comptes de résultat de la Caisse de Pensions des anciens députés (CRD, page 15). Pour 7,8 millions d’euros de cotisations, il y a 55,2 millions de « contributions » en 2015. Par « contributions » il faut comprendre l’argent des contribuables. Cela signifie que pour 1 euro de cotisations, l’employeur (l’Assemblée) verse 7 euros.

Les prestations représentent 63 millions d’euros en 2015 ce qui veut dire que les cotisations des députés ne financent que… 8 % des prestations. Le reste ce sont les impôts… La retraite des parlementaires est donc largement financée par l’argent des contribuables.

Au Royaume-Uni, le système est différent. Premièrement, contrairement à l’opacité française, il existe un site uniquement consacré à la retraite des parlementaires britanniques avec des comptes bien détaillés. On apprend par exemple que les cotisations couvrent environ 40 % des prestations ! C’est pratiquement 5 fois plus qu’en France.

Ce n’est pas en alignant la retraite des députés sur celle des fonctionnaires qu’on réformera le système et qu’on évitera aux contribuables de mettre la main à la poche. Rappelons que l’Etat (les contribuables) verse 75 % des cotisations des fonctionnaires. La vraie réforme serait d’aligner le public sur le privé en incluant les députés et faire, par la suite, la grande réforme systémique.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Supprimer la fonction de Premier ministre
pour donner de vrais pouvoirs au Parlement et à la société civile

Nous avons besoin d’une gauche forte et réformatrice


France : Il faut moins de députés et de sénateurs et plus d'élus chefs d'entreprise !

Retraites : Marisol Touraine nous raconte des histoires



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Les retraites des élus

le 29 novembre, 17:51 par Alain Desmarais

Il serait grand temps en effet d'aligner tous ces régimes spéciaux sur celui du secteur privé mais quel homme politique aura assez de courage et de conscience pour résoudre ce problème ? Etant donné qu'ils sont à la fois juge et partie j'ai peu d'espoir... C'est évidemment plus facile d'annoncer 2 points d'augmentation de la tva, impôt injuste s'il en est et je vois mal que cette mesure favorise une relance de la consommation, d'autant que lorsque le taux de la tva baisse les consommateurs n'en voit pas la couleur.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications