Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Le renouveau libéral en politique

Effort, mérite, travail, responsabilité, subsidiarité, devoir, initiative, concurrence, autant de mots qui nous sont chers. Ce sont les leitmotivs des états généraux de la liberté organisés mardi 23 mai à l’initiative de Virginie Calmels, Aurélien Véron et Hervé Mariton.

Tour à tour, ils ont pris la parole pour développer leurs visions du libéralisme : animé par le goût d’entreprendre chez Virginie Calmels, teinté de pragmatisme chez Aurélien Véron et armé d’une vision plus profonde chez Hervé Mariton.

A travers leurs trois partis respectifs, Droite lib’, Droit au cœur et Libéral démocrate, ils entendent imposer leurs idées là où il n’y en a plus vraiment aujourd’hui, à droite et au centre : chèque éducation, décentralisation et concurrence fiscale, allègement des impôts et du poids de l’Etat.

A l’issue des interventions, une charte en six points a été adoptée :

> Rappel du premier article de la Déclaration des droits de l’Homme ;

> Promotion des forces sociales spontanées contre le dirigisme ou la coercition ;

> Importance de la responsabilité personnelle pour conduire nos aspirations ;

> Etablissement d’un état de droit favorable au développement du libéralisme comme une doctrine sociale d’équité et d’initiative ;

> Affirmation du rôle majeur de l’Etat dans le cadre de ses missions régaliennes

> Décentralisation accompagnée d’autonomie financière et fiscale au sein d’une juste subsidiarité.

Ces points constituent la base sur laquelle ils souhaitent fonder l’Union de la Liberté.
Souhaitons que cette Union porte des fruits permettant de faire avancer nos idées !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Il n’y a pas de libéralisme de gauche ou de droite. Il n’y a que des réformes libérales

L’obsession gaulliste
par Eric Brunet (Albin Michel, 2016)


Supprimer la fonction de Premier ministre
pour donner de vrais pouvoirs au Parlement et à la société civile

Livre : Le vote libéral
par Jacques Garello



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Ouvrir les yeux !

le 30 mai, 12:43 par Astérix

Vous avez 70 % des Français qui sont fondamentalement socialistes et pour lesquels le mot "libéral au sens noble" est un gros mot.
A partir de ce constat, la France est cuite économiquement.
Aucun espoir !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire