Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Le fanatisme de l’Apocalypse

« La planète est détruite. Le coupable est l’homme ». C’est à cette thèse véhiculée par les écologistes (et pas seulement) que répond le philosophe Pascal Bruckner dans ce délicieux essai. Comme il l’a fait dans le célèbre Le sanglot de l’homme blanc lorsqu’il dénonçait le tiers-mondisme à la mode, Bruckner s’en prend avec joie à l’écologisme de salon.

Nous sommes confrontés à l’hystérie ambiante qui nous demande de « protéger la Terre » qui a pris une place de choix aux côtés des opprimés et des humiliés de toujours. Au nom de l’écologie, on doit changer nos habitudes, consommer moins, faire des économies d’énergie et même nous laver moins souvent. Les catastrophes ne proviennent plus de la nature capricieuse, ni des fanatismes religieux et politiques mais des actions de l’individu. La peur règne et les médias en profitent. Tandis que les « progressistes anti-progrès » nous dictent leur loi. Que faire ? Le salut viendra de l’innovation : « …seul un surcroît de recherches, une explosion de créativité, un saut technologique inédit pourront nous sauver », écrit justement Pascal Bruckner.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Exportations agricoles : L’Amérique et l’Union européenne sont à égalité

Etats-Unis : 100 millions de véhicules en plus, 63 % de pollution en moins


OGM : 15 millions de producteurs en Asie

COP 21 ou la corruption de la pensée et des Etats



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications