Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

La société civile roumaine contre la corruption des politiques

En France, on a surtout l’habitude des manifestations régulières organisées par les syndicats des fonctionnaires ou des services publics afin de sauvegarder leurs privilèges. En Roumanie, le peuple descend dans la rue contre les politiques corrompus. Exemple à suivre.

Ce sont des images qu’on pourrait voir en France aussi. Des dizaines de milliers de personnes dans les rues pour protester contre une ordonnance votée en douce pendant la nuit du 1er février par le nouveau gouvernement socialiste (PSD-Parti social-démocrate) afin de modifier le Code pénal. Le but poursuivi était de dépénaliser certains délits comme le trafic d’influence ou l’abus de biens sociaux. Comme par miracle, cette mesure aurait « innocenté » plusieurs leaders du Parti au pouvoir, y compris son Président. Rapidement, la « rue » se mobilise et les Roumains de tous âges manifestent tous les jours sous la devise « rezist » (« je résiste ») dans la plupart des villes du pays en dépit du froid et de la neige. On estime que plus de 10 % de la population roumaine est sorti protester contre la mesure gouvernementale.

Après plusieurs tergiversations, accusations et menaces envers les manifestants, le pouvoir a fini par reculer en retirant l’ordonnance mais rien ne peut entamer la détermination des Roumains qui souhaitent la démission d’un gouvernement composé de personnes corrompues et sous la menace de condamnations pénales. Il faut dire que depuis quelques années, sous l’impulsion de la DNA, la Direction Nationale Anti-corruption, la justice a commencé à enquêter et mettre sous les verrous de plus en plus d’hommes politiques. Des années de prison ont été prononcées contre un ancien Premier-Ministre, de nombreux anciens ministres, des parlementaires et des nouveaux riches, dont certains dorment encore en prison. Il s’agit d’une véritable purge qui a fait du bien à la santé démocratique de la Roumanie.

La société civile roumaine ne souhaite pas que la lutte anti-corruption s’arrête avec le nouveau gouvernement. Elle fait preuve d’une très grande maturité en se battant pour l’indépendance de la Justice et pour la fin des privilèges et de la corruption. Un bel exemple même pour un pays comme la France où plusieurs anciens présidents, premiers ministres ou ministres ont été condamnés, mis en examen ou bien menacés par des enquêtes de justice.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les socialistes roumains (ré)étatisent le pays

320 millions d’euros pour les hôpitaux


Même en Roumanie, la France est un mauvais exemple !

Les contribuables face au silence du Parquet financier



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire