Institut de Recherches Économiques et Fiscales
« Pour la liberté économique et la concurrence fiscale »

IREF Europe

Présentation et expertises

Nos propositions

Contact

par Nicolas Lecaussin

La rigueur devient hausse des impôts

On savait que la France ne faisait pas comme tout le monde. Que les politiques étaient particulièrement préoccupés par la survie de l’Etat providence et du modèle social français que tout le monde nous envie mais que personne ne copie. Toutefois, on ne savait pas qu’ils pouvaient être aussi inconscients.


On savait que la France ne faisait pas comme tout le monde. Que les politiques étaient particulièrement préoccupés par la survie de l’Etat providence et du modèle social français que tout le monde nous envie mais que personne ne copie. Toutefois, on ne savait pas qu’ils pouvaient être aussi inconscients.

Les mesures annoncées par le gouvernement sont tout sauf les réformes de bon sens que demande l’endettement de notre pays. Bien sûr, on peut avoir de l’humour et rire lorsqu’on nous dit qu’il faut taxer les boissons gazeuses et que les produits de cette (nouvelle) taxe va sortir la France du marasme économique. On peut aussi rire en voyant que François Fillon propose des économies de 500 millions d’euros pour cette année et de 1 milliard pour l’année prochaine. Par rapport aux 1 300 Mds d’euros de dette, qu’est-ce que cela représente ? Il y a un an, le Premier ministre anglais, David Cameron, avait présenté lui aussi, un plan de rigueur de… 650 Mds d’euros sur 5 ans. Franchement, l’heure n’est plus à l’humour. Attendre éventuellement les élections pour faire des réformes c’est de l’inconscience. Et l’inconscience des politiques n’a pas de limites.

Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Le courage et les mauviettes

le 1er septembre 2011, 17:46

La dette a dépassé les 1 750 Mrds réduire les dépenses de 500 millions c’est 0,03 % ou 3 pour 10 000, comme c’est mescquin ! Prendre 12 Mrds aux Français en stygmtisant les riches au passage, c’est minable. Car sans riches il n’y a même pas de pauvre. Il faut des entrepreneurs et non pas des footeux.

Mais les prêteurs n’ont-ils pas depuis le 21 juillet et l’annonce des hausses d’impôts du plan mescquin de Fillon manifesté leur désaprobation en faisant chutter les prix des actions. Soit le gouvernement comprend soit il saute devant la perte du triple A de la dette à venir.

Comment peut-on encore défendre une dette financée à 70 % par l’épargne étrangère ce qui veut dire qu’on nous fait vivre près de deux fois et demi au dessus de nos moyens.

Les prêteurs ont dit STOP, mais les politicards n’ont pas encore entendu le message. Atendons la suite, qui est déjà écrite.

# Au commentaire précédent

2 septembre 2011, 16:21

et sans pauvre n’a t’il pas non plus, plus de riche ??

Car riches (financierement) on le devient (ou on l’est devenut) comment ?

N’est ce pas en vendant à une majorité de moins riches (=aux pauvres) ?

je suis d’accord que les proposions de M. Fillion sont derisoires...

Par contre je suis vraiment surpis de certaines réaction de personnes apriori "riches" sur ce site web...

Ne pouvez vous pas prendre exemple sur les dernières declaration de Warren Bufffet ?? qui avout que meme tres taxé, il a un train de vie bien plus qu’a l’aise vis à vis de la lmajorité des autres de citoyens..