Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


La capitalisation à la française

Le gouvernement ne semble pas insensible aux statistiques et aux sondages sur la capitalisation. Il veut même la développer, mais à sa manière. Plusieurs amendements sont prêts pour donner un nouvel élan au PERCO (Plan d’épargne collectif pour la retraite) créé par Fillon en 2003. Il s’agit bien d’un compte épargne retraite sauf qu’il n’a rien à voir avec les vrais fonds de pension dans lesquels les salariés pourraient cotiser.

Les Perco sont gérés par les banques et les rendements sont bien en dessous de ceux des fonds de pension. Deux interprétations : c’est un premier pas pour aller plus loin dans la voie de la capitalisation, ou c’est une façon d’enterrer la capitalisation. Les gouvernants ont déjà fait le coup avec les « privatisations ». « C’est pour mieux te manger mon enfant ».

Partager cet article :

Autres lectures ...

EPR d'Hinkley Point :
le nouveau casino du contribuable ?

Retraites : l’hôpital qui se moque de la charité …


Retraités de la SNCF
Les contribuables payent plus de la moitié de leurs pensions

Pour la création d'un Compte Personnel Retraite (CPR)
et la mise en place des Fonds de pension



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

perco

le 2 octobre 2010, 15:06

Bonjour,

Bien évidemment , c’est pour mieux te manger mon enfant !!!

Déjà, la taxe appelée forfait social, passée de 0 à 2% ; puis de 2 à 4% puis de 4 à 6%...Vous remarquerez qu’on ne fait pas dans le détail à Berçy.

Certains envisagent de la porter à 19% (une espèce de tva ?)

De plus avec l’oligopole des banques contrôlées par l’Etat et qui doivent absorber ses émissions obligataires, pas de doute...le piège se creuse.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications