Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

« La baisse du déficit tue la croissance ». Vraiment ?

C’est le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qui l’a affirmé pour répondre à la Commission de Bruxelles, qui lui réclamait 80 Mds d’euros d’économies afin d’accélérer la baisse du déficit public. Pour notre Ministre, cet effort supplémentaire « détruirait 1.5 point de PIB en 2016-2017 et priverait la France du retour au plein-emploi ».

Comme nous sommes quand même très loin du plein-emploi, étudions-en l’effet sur la croissance. Plusieurs pays ont déjà fait des « efforts supplémentaires », comme l’Allemagne qui est passée d’un déficit public à 4.1 % du PIB en 2010, à un surplus budgétaire de 0.1 % en 2014. A la même période, la croissance du PIB y a été de 2 % en moyenne annuelle. C’est-à-dire le double de la hausse du PIB français à la même période, alors que notre déficit public est seulement passé de 6.8 % du PIB à 4.1 % : loin des critères de Maastricht et encore plus loin des performances allemandes...

Prenons un autre exemple encore plus parlant. Aux Etats-Unis, le déficit budgétaire a même atteint - 9 % du PIB en 2010. Il est aujourd’hui tombé à 2.8 % du PIB, d’après les critères de Maastricht, après de terribles économies budgétaires. Et pourtant, la croissance de ce PIB n’a fait que s’accélérer ces dernières années : 2.2 % en moyenne.

Entre 2010 et 2014, le déficit français a baissé de 2.7 points de PIB, le déficit allemand de 4.2 points de PIB et celui des Etats-Unis de 6.2 de PIB. Bizarrement, le pays qui a fait le plus d’efforts est aussi celui qui a connu la plus forte croissance... Avis au gouvernement français !

Déficit Public en % du PIB (2010) Déficit Public en % du PIB (2014) Taux de croissance (moyenne, 2010-2014)
France 6.8 % 4.1 % 1 %
Allemagne 4.1 % +0.1 % 2 %
Etats-Unis 9 % 2.8 % 2.2 %
Eurostat, CBO (Congressional Budget Office)

Partager cet article :

Autres lectures ...

Après le Brexit, quel avenir pour l'Europe ?
Quand la mauvaise monnaie chasse la bonne

Les revenus de la classe moyenne américaine ont augmenté de 49 %


Selon l'OCDE, la création monétaire n'a pas permis de relancer la croissance

France : moins d'inégalités c'est aussi moins de croissance



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Mon Dieu, si vous pouviez faire un effort pour La France !

le 9 mars 2015, 10:41 par Astérix

Il y a du boulot..!

« La baisse du déficit tue la croissance »..???!!! Voilà la dernière connerie sortie par qui ? mais par notre ministre des finances, si...si.....!!!???!

J'hallucine...! c'est exactement l'inverse.

Je comprends mieux pourquoi M. "Micon" a quitté la banque d'affaires... Ses employeurs ont dû lui recommander, en le remerciant et face à tant d'incompétence, d'entrer au gouvernement...!

Il s'agissait sûrement d'une question de prudence afin d'éviter le risque de faire sauter la dite banque en conservant un tel "expert"...!

Les Français vont-ils enfin ouvrir les yeux, un jour ?

- Répondre -

deficit

le 9 mars 2015, 17:20 par ORION040567

Banquier ou pas , le maintien ou pire encore la baisse du déficit , alimenté par la planche à billets , car c'est bien de cela dont il s'agit est une escroquerie , qui permet de continuer à importer une main d'oeuvre "pas chère" et à maintenir en place des millions de fonctionnaires dont la société n'a plus besoin depuis des années .Mr Macron ferait peur à des éléves de 6ème de n'importe quelle ville de province .

- Répondre -

L'écrasement !

le 11 mars 2015, 18:02 par Astérix

Le cabinet d'audit et de conseil BDO a publié il y a quelques temps une étude sur les prélèvements sur le travail dans les différents pays d'Europe.

Afin de comparer les pays entre eux, le cabinet est parti de l'exemple d'un revenu net de 35 000 euros par an, après prélèvement de l'impôt sur le revenu et des cotisations salariales et patronales.

Et c'est la France qui arrive en tête de ce classement des pays où les revenus sont les plus ponctionnés, puisque pour un revenu de 35 000 euros net par an en France, il faut compter
30 079 euros de prélèvements (impôts et cotisations).

Mais F. Hollande voit la reprise...!!?? Il est bien le seul ! Demandez aux dirigeants des PME/PMI/TPE. Ils voient, eux, le dépôt de bilan poindre à l'horizon.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications