Institut de Recherches Économiques et Fiscales
« Pour la liberté économique et la concurrence fiscale »

IREF Europe

Présentation et expertises

Nos propositions

Contact

La France à la seizième place

L’un des derniers numéros du magazine « Newsweek » a été consacré au classement des pays où l’on vit le mieux. Plusieurs critères ont été pris en compte : la qualité de la vie, l’éducation, la qualité des soins médicaux, le dynamisme économique, le climat politique et l’environnement.


Malgré les excellents services publics dont elle dispose, la France ne se situe qu’à la 16ème place alors que les trois premières sont occupées par la Finlande, la Suisse et la Suède. Pire encore, nous sommes devancés par plusieurs pays anglo-américains, connus pour être les terroirs de l’ « ultralibéralisme » : l’Australie (4ème), les Etats-Unis (11ème), la Nouvelle-Zélande (13ème) et la Grande-Bretagne (14ème). L’Irlande est juste après la France, à la 17ème place. Ce classement réalisé par un hebdomadaire américain qui se situe à gauche est passé sous silence en France. Sûrement à cause des vacances. Mais les vacances ne font-elles pas partie de cet art de vivre soigneusement cultivé en France ?

Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

La France et le meiux vivre

le 4 octobre 2010, 17:40 par gblibre

Rien d’étonnant à ce classement la classe moyenne des français est écrasée par la fiscalité , les réglementations au nom de l’écologie,le blocage régulier des services publics par une minorité de saboteurs de l’économie qui entraîne la délocalisation de nos productions et par voie de conséquence la disparition du travail pour beaucoup d’ouvriers et d’employés du secteur privé. De plus en plus de personnes vivent de l’assistanat social,où de situations précaires ou risquées (voir le régime de l’auto-entrepreneur) créant des entreprises d’un individu à temps partiel dans la plus part des cas. C’est un palliatif au manque d’entreprises plus importantes permettant une stabilité des emplois salariés.

Que dire de la sécurité sociale qui tolère des escroqueries en tous genres aux prestations mais qui par ailleurs laisse les classes moyennes prendre en charge une partie de plus en plus importante de leur frais de santé.

Que dire des retraites du régime général des salariés des entreprises privées où le taux de 50% du revenu moyen des 25 meilleurs années annoncé n’est jamais versé au bénéficiaire ( plus près de 40 / 45 %.

Que dire de l’éducation nationale où les étudiants entrant en Faculté ne maîtrisent pas l’orthographe ( Reportage TF1 et France 2 aujourd’hui 04/10/2010 13 H )

Que dire du fonctionnement des services fiscaux qui s’aperçoivent après plusieurs années qu’une personne est devenue très riche et n’a payé sa part d’impôt. Alors que leur fonction ( et ils sont nombreux) est de contrôler les déclarations des contribuables et d’établir les redressements si nécessaire. Si les bénéfices des sociétés sont distribués dans les conditions légales les bénéficiaires devraient être libres de leurs avoirs et les utiliser comme bon leur semble.

Ce n’est pas n’est pas l’état désastreux des finances publiques reconnu par Monsieur Le Premier Ministre ( M6 émission capital 03/10/2010 ) qui devrait améliorer le classement pour 2011.

La France et le meiux vivre

le 4 octobre 2010, 17:41 par gblibre

Rien d’étonnant à ce classement la classe moyenne des français est écrasée par la fiscalité , les réglementations au nom de l’écologie,le blocage régulier des services publics par une minorité de saboteurs de l’économie qui entraîne la délocalisation de nos productions et par voie de conséquence la disparition du travail pour beaucoup d’ouvriers et d’employés du secteur privé. De plus en plus de personnes vivent de l’assistanat social,où de situations précaires ou risquées (voir le régime de l’auto-entrepreneur) créant des entreprises d’un individu à temps partiel dans la plus part des cas. C’est un palliatif au manque d’entreprises plus importantes permettant une stabilité des emplois salariés.

Que dire de la sécurité sociale qui tolère des escroqueries en tous genres aux prestations mais qui par ailleurs laisse les classes moyennes prendre en charge une partie de plus en plus importante de leur frais de santé.

Que dire des retraites du régime général des salariés des entreprises privées où le taux de 50% du revenu moyen des 25 meilleurs années annoncé n’est jamais versé au bénéficiaire ( plus près de 40 / 45 %.

Que dire de l’éducation nationale où les étudiants entrant en Faculté ne maîtrisent pas l’orthographe ( Reportage TF1 et France 2 aujourd’hui 04/10/2010 13 H )

Que dire du fonctionnement des services fiscaux qui s’aperçoivent après plusieurs années qu’une personne est devenue très riche et n’a payé sa part d’impôt. Alors que leur fonction ( et ils sont nombreux) est de contrôler les déclarations des contribuables et d’établir les redressements si nécessaire. Si les bénéfices des sociétés sont distribués dans les conditions légales les bénéficiaires devraient être libres de leurs avoirs et les utiliser comme bon leur semble.

Ce n’est pas n’est pas l’état désastreux des finances publiques reconnu par Monsieur Le Premier Ministre ( M6 émission capital 03/10/2010 ) qui devrait améliorer le classement pour 2011.