Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

La Commission européenne s’occupe des bananes

Les gens de Bruxelles ne perdent pas leur temps. Ils viennent de réglementer la taille des bananes et l’hydratation des eaux. Ces découvertes newtoniennes ont intrigué Lucas Léger, chercheur à l’IREF.

Est-il prouvé scientifiquement que l’eau hydrate ? Quelle est la bonne longueur pour une banane ? Les femmes sont-elles plus prudentes que les hommes au volant ? Des questions que l’on se pose tous les jours. En tout cas, la commission européenne se les pose pour vous. Ensuite, elle légifère dessus, c’est entendu.

Après trois ans d’investigation, 21 scientifiques réunis à Parme sont tombés d’accord. Une faible quantité d’eau dans le corps est symptôme de déshydratation et une consommation a posteriori du liquide ne peut inverser le processus. Qu’est-ce que cela change ? D’abord, pour nous consommateurs, on se sent protégés par nos amis technocrates de Bruxelles. Ensuite les producteurs, eux, risquent désormais jusqu’à 2 ans de prison si leur venait l’idée de faire figurer sur les bouteilles des assertions du type : « réhydratez-vous, buvez la marque Z ».

Bien évidemment, il serait facile de généraliser, de critiquer systématiquement le rôle des régulateurs de Bruxelles et surtout de remettre en question leur utilité sur un seul exemple. Sous couvert d’harmonisation – afin de faciliter les échanges au niveau européen et d’instaurer la juste concurrence – l’Union Européenne n’en n’est pas à son premier coup. Déjà, une législation sur la forme du concombre avait animé de vifs débats. En Europe, on veille à notre assiette ; même si l’Europe se délite, vos concombres et bananes auront une forme impeccable.

Plus que le ridicule de ces lois, c’est le poids sur notre économie que l’on doit mesurer. Bien que le coût soit difficile à estimer, on peut facilement l’imaginer. Depuis 1997, ce sont environ 100 000 pages de nouvelles réglementations concernant les entreprises qui ont été publiées par l’Union Européenne. Soit autant de pages pour les services juridiques des entreprises qu’il faudra décortiquer et mettre en application. Certes, ces règles et directives se substituent souvent à des réglementations nationales. Cependant en France, les décisions européennes n’ont pas ralenti l’engouement réglementaire de nos législateurs. Nous n’avons pas assisté à l’allègement de nos codes, bien au contraire.

Le fouillis législatif n’est pas pour faciliter les échanges, ce qui devrait être pourtant l’objet premier du marché unique. Alors quand la Commission européenne nous sort – en plein milieu de la crise de la dette – une réglementation sur un sujet qui ne ressort même pas de la santé publique, après 3 ans de palabres, on est en droit de douter de sa légitimité et de sa capacité à gérer des affaires de premier plan.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Google vs Commission européenne :
pour une politique de la concurrence plus humble et moins interventionniste.

Accord libre-échange avec le Canada
L’UE exporte plus qu’elle n’importe


Europe libérale ou bureaucratique ? L’ambiguïté persiste
Du « SMIC routier » à la politique de la BCE

Brexit : pourquoi le Royaume-Uni doit rester dans l’UE



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (5)

désastre

le 28 novembre 2011, 06:51

je crois que l’europe ne sert qu’à faire le bordel, c’est du n’importe quoi dire que ces gens la sont payés des fortunes et pour moi ne servent à rien du tout sauf nous ruiner nous les petits travailleurs, un référendum serait bien utile sur tout ce qui existe au niveau europe et voir tout ce qui peut être supprimé, ministères qui servent à rien puisqu’ils n’ont aucun pouvoir, fini les doublons...il y a un grand nettoyage à faire....

si embêter les entreprises ça ils savent faire

# OK

28 novembre 2011, 08:57

OK sur l’article et sur le commentaire précédent.

On notera toutefois l’efficacité des fonctionnaires européens qui fonctionnent avec près de 50% d’effectif en moins qu’à la seule Mairie de Paris.

Il serait d’ailleurs intéressant de comparer les 2 effectifs et de comprendre pourquoi il y a un tel écart "d’efficacité" (attention je ne dis pas que légiférer sur les bananes est utile, je dis juste qu’il le font relativement efficacement :-)

http://www.paris.fr/pratique/travai ...

http://ec.europa.eu/civil_service/i ...

(colonne de gauche pour le deuxième lien)

# OK

28 novembre 2011, 08:58

OK sur l’article et sur le commentaire précédent.

On notera toutefois l’efficacité des fonctionnaires européens qui fonctionnent avec près de 50% d’effectif en moins qu’à la seule Mairie de Paris.

Il serait d’ailleurs intéressant de comparer les 2 effectifs et de comprendre pourquoi il y a un tel écart "d’efficacité" (attention je ne dis pas que légiférer sur les bananes est utile, je dis juste qu’il le font relativement efficacement :-)

http://www.paris.fr/pratique/travai ...

http://ec.europa.eu/civil_service/i ...

(colonne de gauche pour le deuxième lien)

# les reglement européens

28 novembre 2011, 09:04

vous avez raison bruxel seme la sisani et boufe l’argent qui servirait à autre chose

- Répondre -

A pleurer !

le 28 novembre 2011, 09:05

Nos eurotechnocrates n’ont-ils aucun sujet plus péoccupant sur lequel se pencher ? L’euro s’écroule, la crise du surendettement frappe une bonne partie de l’Euroland, et ces fonctionnaires internationaux grassement payés décident qu’une partie de la production de bananes va maintenant devoir être détruite.

Qu’on supprime toute cette eurotechnocratie : nous vivrons mieux et nous n’aurons plus à les payer !

# REVOLTANTES BANANES !

28 novembre 2011, 14:27

Tout à fait d’accord ! Ces technocrates n’ont vraiment rien d’autre à faire ! Ils se sont déjà occupés de la grosseur des carottes et des concombres, autorisé la graisse dans le chocolat à la place du beurre de cacao, et maintenant de la longueur des bananes ; mais n’y a-t-il pas de sujets plus importants ?

Que nous importe à nous que les carottes soient tordues ou les bananes plus petites ! Cela me révolte ... et on les paye pour CA !!!

- Répondre -

Europe bananière

le 30 novembre 2011, 23:33

Les scandales abondent dans notre "post-démocratie" : députés grassements payés et absentéistes, resquilleurs, commissions bidons, gaspillages en tous genres.

Au ridicule des législations bananes s’ajoutent des impédimentums qui gènent la productivité : scandale du calibrage des grains de blé, celui qui est non conforme étant brûlé comme... combustible écologique !

Sans parler des bergers des altitudes emmerdé par des ours qui bouffent les troupeaux, l’introduction des loups et même des corbeaux.

L’inculture poussée à ce point nous coûte très cher, et fera des victimes humaines dans la décénie à venir !

- Répondre -

la République bananière....

le 4 décembre 2011, 17:17

à moins que ce ne soit l’Union Européenne qui ne soit bananière

# L’un n’empêche pas l’autre...

5 décembre 2011, 17:27

L’un n’empêche pas l’autre... malheureusement !

- Répondre -

Merci

le 5 décembre 2011, 17:28

Merci pour vos commentaires.

Lucas

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications