Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par & & ,

La Banque de règlements internationaux émet des doutes sur la politique monétaire de l’Eurozone

Le dernier rapport de la BRI indique que les risques monétaires actuels risquent de déstabiliser de manière permanente l’économie mondiale. Elle en appelle à une nouvelle boussole politique, se focalisant sur le cycle financier et non sur la conjoncture.

Deux tendances se dessinent dans les médias en matière d’économie.
1) Chaque annonce de données positives, même modestes, est considérée comme une preuve de la reprise dans le pays européen en question.
2) La couverture médiatique de la montée continue des dettes publiques et privées est réduite, cédant la place à l’analyse de la faible inflation des prix.

A contre courant, la BRI met en question la reprise des économies « avancées ». Le rapport annuel, d’une franchise brutale, pointe la pratique généralisée de politiques monétaires « inhabituellement complaisantes », craignant que ces dernières ne deviennent permanentes. La BRI note que les Etats ne sont guère enclins à entreprendre des réformes structurelles, et que la politique monétaire actuelle ne parvient pas à contenir les déséquilibres que cette même politique a créés.

Il n’est pas certain que la chute du PIB américain au premier trimestre 2014 (2.9 %) soit exceptionnelle ; mais il est clair qu’aux Etats Unis l’inflation des prix à la consommation actuelle augmente rapidement, ce qui augure mal pour la suite, voire signale le début d’une stagflation.

Rappelons la raison d’être de la Banque des règlements internationaux. Propriété de 58 banques centrales à travers le monde, son objectif principal consiste à « servir les banques centrales dans leur poursuite de stabilité monétaire et financière ». Son rapport distingue entre les pays frappés par la crise (les Etats-Unis et l’Union européenne) et ceux qui ont su éviter la crise financière (les économies émergentes). La BRI souligne que l’on risque de gaspiller la reprise mondiale parce que la dette publique du G7 a augmenté de manière dramatique, atteignant une moyenne de 120 % du PIB.

Elle encourage les banques centrales à adopter une « conjoncture financière » de 15-20 ans au lieu d’une conjoncture normale de 8 ans. Sinon, elles seront incapables d’agir en cas d’une récession.

Les banques restent fragiles et les déséquilibres persistent

Prenant note de la recapitalisation des banques, la BRI observe que certains pays doivent faire face à des problèmes d’actifs et de gains. Certaines banques européennes ont cependant pu afficher une recapitalisation en modifiant tout simplement leur modèle de pondération des risques.

Quant aux perspectives d’investissement, il reste des opportunités de rendement attractif à faible risque, ce qui explique pourquoi des banques à haut effet de levier ont pu réunir des outils financiers nouveaux, et que des pays hautement endettés (comme la Grèce) ont pu emprunter à des taux allant jusqu’à 4.5 %.

Le cas de TESLA en particulier expose les déséquilibres que dénonce la BRI, à savoir l’engouement actuel pour les convertibles. Ces obligations à coupon fixe en-dessous du taux de marché s’appliquant à la dette classique de l’emprunteur offrent la possibilité de les convertir en actions avec une prime fixée à l’avance au-dessus du prix de l’action à la date d’émission.

L’avantage pour les actionnaires de l’emprunteur est l’argent ainsi économisé grâce au coupon bon marché et, si le prix de l’action augmente au-delà de la prime de conversion, le gain de la dette disparaît lorsque les obligations sont converties.

Partager cet article :

Autres lectures ...

La Bourse américaine : + 152 %

Le Bitcoin peut-il sauver la Grèce ?


La Grèce a une dette envers les pays qui ont fait de vraies réformes

Royaume-Uni : les sorties du chômage sont deux fois plus élevées que la moyenne européenne



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

LES QE SUICIDAIRES

le 25 juillet 2014, 14:19 par Astérix

La BRI s'inquiète .... il serait temps..! depuis des années les économistes sérieux crient à la catastrophe... Tout le monde s'en fout...

Les politiques de planches à billets (USA, JAPON , EUROPE, qui pratiquent les QE illimités) sont littéralement suicidaires puisqu'elles amènent les Pays concernés à n'entreprendre aucune réforme de structures INDISPENSABLES.

C'est la fuite en avant qui nous conduira invariablement vers une faillite mondiale généralisée par l'anéantissement des monnaies car les dettes dans les Pays cités sont abyssales et continuent de s'amplifier.. à plein régime....!

Imaginez que vous puissiez demain imprimer de faux billets dans votre cave en fonction de vos besoins....! dans la monnaie de votre choix ?

c'est exactement l'escroquerie actuelle pratiquée par les banques centrales des USA, JAPON et EUROPE....???

L'incompétence de nos dirigeants financiers mondiaux est simplement hallucinante.

CONTINUONS, LA RUINE EST PROCHE...!

VOUS POUVEZ DÉJÀ DIRE ADIEU À VOTRE ÉPARGNE ET PATRIMOINE.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications