Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

L’innovation est le meilleur défenseur de l’environnement

Environ 125 chefs d’Etat se sont réunis le mardi 23 septembre dernier pour se pencher au chevet du climat de la planète. Ces grandes messes étatiques se suivent et se ressemblent : l’argent public coule à flots pour faire des prévisions apocalyptiques et des promesses intenables.

En 2009, à Copenhague, les chefs d’Etat s’étaient déjà réunis pour le lancement d’un Fonds vert pour le climat qui devait mobiliser au moins 100 Mds de dollars. Cinq ans après, on estime à moins de 4 Mds de dollars le total des fonds récoltés. Malheureusement, ces réunions planétaires sont organisées à partir de constats plutôt faux. La grande majorité des participants considèrent que les activités humaines sont à l’origine du réchauffement climatique. Certains pensent même que la mondialisation et l’économie de marché contribuent aux dérèglements climatiques sur la planète. Ils envisagent un « ralentissement de la croissance » et la mise en place d’une économie plus « juste ». Ces discours tiers-mondistes s’appuient sur les thèses farfelues de quelques auteurs à succès comme la journaliste Naomi Klein ou l’économiste Joseph Stiglitz. Or, de nombreux travaux – y compris certains rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) – soutiennent que l’homme ne serait pas du tout responsable du réchauffement climatique. Au sein même du GIEC, des experts commencent à douter de la réalité du réchauffement climatique. Selon les dernières publications (2012) de cet organisme, elle-même tenant compte d’une augmentation de 100 ?% des émanations de CO2, la température du globe n’augmenterait que de 1°C d’ici 2100 ?! Il n’y a vraiment aucune raison de gaspiller des dizaines de milliards de dollars pour protéger la planète

En 2009, 31.000 scientifiques ont signé le Project Petition dans lequel est clairement affirmé qu’il n’existe aucune preuve scientifique du lien entre les émanations de CO2 et le climat. Au contraire, il semblerait que ces émanations auraient renforcé la couche d’ozone. Une vingtaine de savants, mondialement reconnus, ont signé le 31 janvier 2012 dans le Wall Street Journal un article consacré au réchauffement climatique. On pouvait surtout y lire que, depuis plus de 10 ans, il n’y avait aucun signe témoignant du réchauffement du climat ; au contraire, les prévisions climatiques faites par des « ?scientifiques ? » des Nations Unies, en 1990, ont été extrêmement exagérées ; de plus, les émissions de CO2 provoquées par l’homme stimulent la végétation et n’ont aucun effet sur le climat. L’Académie nationale des Sciences (aux Etats-Unis) a révélé, en janvier 2013, que le nombre d’incendies de forêt dans le monde avait baissé de 15 ?% depuis 1950. Par ailleurs, la célèbre revue Nature vient de publier une étude montrant que les phénomènes de sécheresse mondiale n’ont pas du tout augmenté depuis 1960. Au contraire, certaines régions du globe caractérisées par leur sécheresse ont vu ce phénomène décroître. De même, le nombre d’ouragans et de tempêtes catastrophiques se situe au niveau de celui des années 1970. Il est donc faux de soutenir que le « ?réchauffement climatique ? » aurait accentué ces phénomènes de catastrophes naturelles. Et c’est le froid qui fait le plus grand nombre de morts par an. Par ailleurs, on sait maintenant que, contrairement aux prévisions des écologistes qui en ont fait leur image-choc, le nombre d’ours polaires est en forte augmentation depuis les années 1980.

Le débat sur le réchauffement climatique n’est pas tranché. Mais quelle que soit la vraie conclusion, mieux vaut proposer des solutions réalistes. Et la meilleure façon de le combattre c’est l’innovation. On estime que d’ici 2050, nos économies vont augmenter de 150 %. On produira beaucoup plus mais aussi nettement mieux. Grâce aux innovations, la pollution provoquée par les automobiles a baissé de 90 % depuis les années 1990 et cela malgré une très forte augmentation du nombre de voitures. D’après les dernières Etudes, la couche d’ozone s’est reformée et les surfaces de forêts sont en constante augmentation dans les pays riches. Nos villes sont nettement moins polluées que dans les années 1960.

Ce ne sont pas les dizaines de milliards de dollars qui vont bloquer les rayons du soleil et « refroidir » l’atmosphère. Ni les énergies renouvelables qui phagocytent l’argent public (voir à ce sujet l’article de Lucas léger sur l’échec allemand). C’est la liberté économique et l’ingéniosité des individus. Laissons-les faire !

Partager cet article :

Autres lectures ...

- 30 % : baisse du nombre de personnes sous-alimentées dans le monde

Etats-Unis : 100 millions de véhicules en plus, 63 % de pollution en moins


OGM : 15 millions de producteurs en Asie

Les inondations, illustration de l’incurie de l’État



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Climatoscepticisme

le 29 septembre 2014, 11:54 par liramj

Bonjour,
Je ne réagis par quelques mots seulement, ayant beaucoup à faire dans un domaine de santé.
Votre article est une simple prise de position personnelle de climatoscepticisme, sans citation, ni références.
Lorsque vous citez les "dernières publications" du GIEC, vous indiquez 2012 alors que les documents essentiels du dernier "Assessment Report" sont parus entre octobre 2013 et juin 2014, avec des mises à jour régulières, et qu'un "Synthesis Report" est programmé fin Octobre
Vous auriez pu au moins donner l'adresse web du site de cet organisme.
Il serait utile à tous que vous donniez les références de ces "nombreux travaux – y compris certains rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) – (qui) soutiennent que l’homme ne serait pas du tout responsable du réchauffement climatique".
Vous mélangez tout, la pollution des villes (tout dépend d'ailleurs de quelles villes vous parlez !) et la climatologie globale de la planète.
Lorsque vous évoquez le "Project Petition" il est faux d'affirmer que ce sont "31000 scientifiques" qui l'ont signé ; tout d'abord ce sont tous des citoyens américains, les plus intéressés à ce que rien ne change dans leur 'droit à polluer' ; ensuite, si vous regardez en détail la liste des signataires, vous verrez qu'une majorité n'indiquent aucun niveau de formation en sciences, d'autres des niveaux assez modérés, d'autres encore sont des Docteurs en Médecine (MD). 9029 signataires ont le niveau PhD, mais sans que l'on sache si ce sont des physiciens, seuls selon moi éventuellement en mesure d'émettre une opinion tant soit peu crédible dans ce domaine si complexe que la climatologie globale.
Vos affirmations du genre "Il semblerait", "On estime" ne sont que vos affirmations personnelles.
Il faudrait reprendre une à une chacune de vos affirmations. Celle par exemple de la "pollution provoquée par les automobiles". Vous êtes quelque peu hors sujet car la pollution due aux automobiles concerne autant les différentes molécules affectant la "qualité de l'air" que celles contribuant à l'effet de serre. Si vous voulez avoir un point de vue plus juste, je suggère de consulter les données du GIEC(IPCC) sur les rejets de gaz à effet de serre de différentes sources, les Transports en particulier, en y incluant l'aéronautique.
Je m'en tiendra là.
Cordialement
liramj

- Répondre -

R et D

le 30 septembre 2014, 13:21 par Astérix

Seule la recherche et le développement peuvent fonctionner dans un Pays LIBRE.
Seul le secteur privé peut être efficace dans ce domaine à condition de le laisser travailler au lieu de le faire ch... tous les jours comme le fait l'état Français avec ses réglementations, ses normes paralysantes et imbéciles.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications