Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Cour des Comptes : Les facteurs face au défi de la baisse du courrier

par ,

L’augmentation du prix des timbres ne sauvera pas La Poste

Pendant que les rapports s’accumulent, les prix des timbres augmentent. Malgré les critiques de la Cour des Comptes, La Poste tarde à se réformer. Alors que, dans d’autres pays, les services postaux sont privatisés et bien ouverts à la concurrence.

Il y a quelques jours, la Cour des comptes a rendu public un nouveau rapport critique, et passé inaperçu, sur la Poste. On rappelle que le courrier représente aujourd’hui moins de 40 % du CA de l’entreprise publique et que le nombre de plis à distribuer baisse de 5 % par an. Pourtant, le nombre de facteurs – 73 000 - reste très élevé et (presque) inchangé depuis des années. Les facteurs représentent 28 % des effectifs de la Poste et 60 % des coûts du courrier. De plus, souligne le Rapport, le temps de travail réel des facteurs reste une inconnue totale. La pratique du « parti-fini » (lorsque le facteur a fini sa tournée, il peut quitter son lieu de travail avant même l’heure théorique de fin de service) est généralisée et empêche tout contrôle.

De même, le tri du courrier, qui pourrait être largement automatisé, est encore fait manuellement à 50 %. Ce qui empêche la Poste de baisser le nombre de ses employés. Enfin, les boîtes aux lettres collectives représentent aujourd’hui 3.5 % des points de distribution du courrier, contre 10 % au Canada.

Ce n’est pas la première fois que la Poste a été épinglée par la Cour des Comptes. On peut rappeler un Rapport de 2010 qui s’inquiétait déjà de sa gestion et du personnel trop nombreux. La société ne s’est pas adaptée à la concurrence, concluait la Cour. Un autre Rapport (2014) relevait les rémunérations des cadres dirigeants du Groupe La Poste : 139 personnes perçoivent plus de 150 000 euros/an. Une rémunération qui a connu une hausse moyenne de 9.2 % entre 2009 et 2012 alors que la Poste devait suivre durant ces années un plan de restructuration drastique afin de s’adapter à la concurrence et alors que les prix des timbres ne cessent d’augmenter : le timbre coûtait (prix traduits en euros courants) 8 centimes en 1971, 35 centimes en 1985 et 50 centimes en janvier 2002 lors du passage à l’euro. Mais rien qu’en en 2015, le timbre vert est passé de 61 à 67 centimes et le timbre rouge de 66 à 76 centimes (une hausse de 15 % !).

La Poste aujourd’hui emploie environ 267 000 personnes : c’est le deuxième employeur public après l’Etat. Par comparaison, la Poste britannique - complètement privatisée en 2013 – emploie 150 000 personnes, après avoir baissé leur nombre de 50 000 en 10 ans. D’ailleurs, nombreux sont les pays qui n’ont pas hésité à remettre en cause ce monopole public. Dès les années 1990, l’Allemagne, la Finlande, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède, ou encore la Suisse, ont plus ou moins libéralisé ce service. Dès 1993, les autorités suédoises ont ouvert le marché à la concurrence. L’ouverture n’a pas limité la qualité du service, au contraire ! Et malgré une très faible densité de population et en dépit de conditions climatiques pas toujours favorables, 95 % du courrier arrive dans les temps. Ce qui n’a pas empêché l’acteur historique de réduire sa masse salariale de 30 %, en gelant les embauches ; gel, qui lui a permis de conserver une large part de marché en améliorant sa productivité. De nouveaux segments sont apparus, comme le low cost avec l’acteur CityMail à Stockholm, qui ont favorisé la liberté de choix - de nombreux citadins.

La Poste française est, depuis 2010, une société anonyme, dont l’intégralité des capitaux est détenue, soit directement par l’Etat (73,68 %), soit indirectement par la Caisse des Dépôts (23,32 %). Ca reste donc un dinosaure étatique qui retarde sa mue malgré l’internet et le changement des comportements. Son principal actionnaire devrait comprendre que le prix du timbre ne pourra pas augmenter à l’infini et que les exemples étrangers ne manquent pas pour s’en inspirer. Il y va de la survie de la Poste.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les retraites publiques
Pourquoi donc la Cour des comptes n'en parle guère ?

Immigration et lutte contre le terrorisme : faire appel au privé pour plus d’efficacité


Grève des éboueurs : libérer la collecte des déchets

Sauver l'Assurance chômage grâce à la concurrence
Il faut casser le monopole de l'UNEDIC



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (7)

Gabgie

le 8 mars, 13:04 par Mike 69390

Peux t'on faire moins cher ?
il y a 50 ans que j'habite la meme maison a cette epoque il y avait un facteur le meme pendant 20 ans qui distribuait le courrier, les mandats,les colis avec son velo (qui connaissait tout le monde qui prenait le temps de boire un coup) et de plus passait a heures regulieres
Aujourd'hui nous avons tous les jours une personne differente qui fait de tres nombreuses erreurs de distibution (il ne connaissent plus personne)(en 50 ans nous sommes passés du velo, au velomoteur, au scooter et la maitenant à la voiture) et souvent un jour sur deux avec une camionnette qui ziz zag sur la route de gauche a droite qui ne distribue plus les mandats ni colis c'est une autre personne avec une camionnete qui distribue les colis
Chercher l'erreur

- Répondre -

Et les colis ?

le 8 mars, 13:16 par A.Rabastens

La poste tourne aujourd'hui surtout avec la distribution des colis, mais elle va bientôt perdre une grosse partie de cette manne avec les marchands qui s'organisent pour trouver moins cher et plus efficace. C'est le cas d'Amazon qui met déjà en place son propre réseau de distribution.

- Répondre -

la poste

le 8 mars, 14:34 par bagnol28210

Un de mes fils est employé par la poste à la distribution du courrier dans une zone en partie urbaine en partie rurale.Peu importe qu'il ait réussi l'un des derniers concours de recrutement des postiers , il est aussi mal loti que ceux qui entrent aujourd'hui à la poste avec un contrat de type privé en CDD ou CDI. Sa journée débute le matin à 7 heures et ne finit que vers 15h30 16 h après avoir remisé sa camionnette de service au dépôt. Impossible de prendre un repas chaud à midi !La semaine est de 6 jours sur 7. Il lui est octroyé une repos compensateur de deux jours pour compenser les heures supplémentaires non rémunérées que le service de la distribution l'oblige à faire. Ces deux jours sont attribués en jours glissés sur le mois de travail. Pour juger du travail fait par un préposé et du temps qu'il y consacre , il y aurait lieu de distinguer entre le préposé se déplaçant uniquement en zone urbaine et celui se déplaçant en zone rurale ou semi-rurale-urbaine.A noter que la factrice qui m'apporte mon courrier ne le dépose dans ma boite qu'entre 15h30 et 16 h , ce qui corrobore l'emploi du temps de mon fils .L'un et l'autre ne sont pas dans le même centre de distribution. A mon avis, il y aurait une étude à faire entre les différents services de la poste dans lesquels il est possible d'y trouver des sur-effectifs sans rencontrer le même problème avec les employés des centres de distribution qui sont la partie visible pour le public de l'iceberg postal français.N'oublions pas que la poste ayant appartenu longtemps au secteur public maintenant para-public , avait son propre service de gestion des retraites et des retraités dont personne ne parle car on ignore comment il fonctionne aujourd'hui et si un transfert de compétences est envisagé pour l'avenir de la poste !!!!

- Répondre -

calculs (politiques)

le 8 mars, 19:20 par wpjo

L'engagement de la Poste : Un bureau de poste pour 19 habitants. Donc pour Aubervilliers : 2 (ils sont forts en calcul !) bureaux de Postes pour 82 500 habitants et le vendredi après-midi, deux préposé dans un de ces deux bureaux ouverts.

- Répondre -

Le prix du timbre ne peut pas baisser !

le 8 mars, 21:16 par MarcusVinicius

Le prix du timbre baissera lorsque la Poste sera soumise à concurrence. D'ici là ils peuvent bien tripler le prix, le "client" étant captif, il sera obligé de payer. C'est rageant mais c'est ainsi. Plutôt que d'adapter l'outil de travail et la masse salariale aux réalités actuelles, il est toujours bien plus facile d'augmenter les tarifs à l'abri du monopole...

- Répondre -

Faillite progressive

le 9 mars, 15:56 par kolmes

La poste est dans le même état que le reste du pays. Si je n'avais que 40 ans j'envisagerait sérieusement de décamper vers l'Australie.
Je plains les jeunes qui finiront malgré eux en jellabah car nous seront tous islamisés dans moins de 30 ans.

- Répondre -

Tour de passe-passe

le 10 mars, 09:23 par orldiabolo

On n'en a pas parlé lors de la dernière augmentation, mais à cette occasion la Poste a fait disparaître la tranche d'affranchissement à 50g ! Il ne reste que "jusqu'à 20g : 0,70 cts" puis directement "jusqu'à 100g : 1,40 cts"... Ainsi dès qu'une lettre verte dépasse un peu 20g, son prix double immédiatement !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications