Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

L’allocation chômage des intermittents : l’exception française

Depuis de nombreuses années, les intermittents du spectacle refusent de réformer leur régime d’allocation chômage, qui leur donne un accès plus facile à une indemnisation lorsqu’ils ne travaillent pas. Cette situation est due au caractère instable de la profession. Pourtant, il semble que ce régime spécial soit de moins en moins justifié, du fait que les caisses sont en déficit constant.

D’abord, on peut se demander en quoi les métiers du spectacle diffèrent des autres emplois saisonniers, qu’ils soient intérimaires, ou de courte durée. Pourtant, l’Unedic fait clairement la distinction, avec un régime beaucoup plus favorable pour les intermittents. Ensuite, il faut dire que ce statut n’existe pas à l’étranger. Une récente étude du Sénat[1] s’est attachée à comparer la situation des intermittents français avec leurs homologues allemands, britannique, italiens, et suédois, lorsque ceux-ci sont au chômage. Le contraste est saisissant :

Comparaison des régimes d’assurance chômage des intermittents du spectacle en Europe

Comparaison des régimes d'assurance chômage des intermittents du spectacle en Europe

Source : Rapport du Sénat

Le tableau ci-dessus compare les systèmes d’assurance chômage des intermittents du spectacle.

Tout d’abord, on note que la France est le seul pays dans lequel existe ce type de statut. Nous avons donc comparé les situations équivalentes, c’est-à-dire l’accès à l’assurance chômage des emplois précaires dans les pays étudiés.

Ensuite, le système français est l’un des plus généreux - par la durée des indemnisations (243 jours en France), contre 6 mois au maximum dans les autres pays. En Suède, l’indemnisation peut durer jusqu’à 300 jours, mais cette générosité est liée à la particularité du système suédois. En effet, ce dernier indemnise tous les chômeurs qui ont préalablement cotisé à l’une des 36 caisses d’assurance chômage. Si ce n’est pas le cas, l’indemnisation repose sur une base forfaitaire qui ne dépend pas du revenu, mais du nombre d’heures travaillées.

Encore une fois, la France se distingue par la spécificité de ses statuts, dont l’indemnité est souvent distribuée en fonction du poids des syndicats de chaque corporation. L’assurance chômage n’est donc plus un régime assurantiel au sens propre du terme : d’une part parce qu’il y a une distinction arbitraire entre les statuts, d’autre part parce que les indemnités sont séparées des montants cotisés.

« Il en résulte notamment que, selon Pôle emploi, l’indemnisation journalière moyenne des intermittents du spectacle s’est établie, en 2011, à 59,33 euros, soit un équivalent mensuel de 1 805 euros, contre 1 123 euros versés en moyenne à l’ensemble des allocataires d’assurance chômage. 74,8 % des intermittents du spectacle ont eu, la même année, un taux de remplacement supérieur à 100 %, jugé par M. Bruno Coquet complètement « hors norme ». »[2]

Aligner le régime des intermittents sur le régime général ne fera pas pour autant disparaître le nombre d’allocataires ayant droit à une indemnité chômage, mais il permettrait néanmoins de faire des économies : environ 320 millions d’euros par an ! Une réforme plus efficace consisterait à revenir à un véritable régime assurantiel, où chacun cotiserait pour soi.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Les dérives du financement de la protection sociale

Passage en force des intermittents du spectacle
10 considérations pour remettre les choses en place


Le CESE et l’Ecole : plusieurs dizaines de millions d’euros pour ne rien comprendre !

Croissance française : la tromperie des chiffres



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

argumentation biaisée

le 20 juin 2014, 15:30 par wpjo

L'argument des intermittents du spectacle est simple : nous travaillons beaucoup plus d'heures que celles déclarées par nos employeurs ; il est donc normal qu'on bénéfice d'un allocation chômage plus avantageuse. Or, l'argument est simplement biaisé : Dans ce cas, ce n'est pas au secteur privé qu'ils doivent faire appel mais à l'inspection du travail.

- Répondre -

La France qui s'écroule !

le 21 juin 2014, 09:49 par Astérix

Tant que nous ne serons pas dirigés par des gestionnaires compétents et fermes à la place de nos politiques incapables et qui n'ont rien dans le ventre, la France, devenue un Pays de m..... depuis plus de 35 ans, le restera.
A quand les THATCHER et REAGAN....???!!

- Répondre -

Intermittents ?

le 22 juin 2014, 11:18 par Sonja

Et pourquoi ne feraient ils pas un travail d'intérêt général quand ils n'ont pas de contrat ? Après tout, ils ne sont pas spécialisés aux tâches à responsabilités. Il y en a assez de prendre en charge ces populations, c'est facile de réclamer toujours plus sans rien faire en France... il y a déjà beaucoup de "gens" à qui l'on vient en aide sans assumer aussi ceux qui pourraient travailler.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications