Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

L’Argentine retombe dans ses travers

Lorsqu’un gouvernement veut se déculpabiliser en matière économique, il fait diversion. C’est ce que vient de faire le gouvernement argentin en nationalisant la compagnie pétrolière YPF. En l’accusant de « ne pas assez investir » (prétexte classique), l’Etat fait main basse sur cette société. Comme la Bolivie ou le Venezuela d’Hugo Chavez, l’Argentine prend donc la voie des nationalisations et de l’échec économique. Le Brésil a choisi l’autre solution, celle des privatisations. Et les résultats ne se sont pas fait attendre : le pays connaît une croissance économique forte et les investisseurs étrangers s’y bousculent.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Plus de robots ne signifie pas moins d’emplois

Alstom / Fessenheim : les bonnes fermetures d’usines et les mauvaises


Pour sauver Alstom, il faut fermer le site de Belfort

Il ne faut pas avoir peur des robots mais de l’Etat !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications