Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

L’Alzheimer idéologique de la gauche française

T actique bien éprouvée depuis trente ans : les socialistes se scandalisent d’une entente électorale éventuelle de l’UMP avec le Front National. On s’étonne de ce que la gauche française ait oublié les crimes du communisme dont l’idéologie est vantée par Jean Luc Mélanchon. Amnésie ? Folie ?

De nombreuses voix « progressistes » se sont précipitées pour condamner une éventuelle « entente » politique entre le parti de droite, l’UMP, et le Front national. Des intellectuels, des journalistes (certains écrivant dans des journaux qui se disent indépendants) ont condamné avec un ton véhément et moralisateur les clins d’œil faits par le candidat Nicolas Sarkozy aux électeurs qui ont voté pour Marine le Pen au premier tour. Bizarre conception des valeurs de la démocratie et de la République.

Les donneurs de leçon vont appliquer le « pacte républicain » pour faire barrage aux « bleus marine » dans les triangulaires, mais seront bien aise de remporter des triangulaires grâce à la présence du Front National !

Mais là n’est pas le plus grave, car les mêmes donneurs de leçon n’ont rien à dire sur un rapprochement inévitable entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. En effet, les socialistes ont besoin de tous les électeurs du Front de Gauche pour pouvoir l’emporter. Or, le programme Mélanchon est imprégné d’idéologie totalitaire communiste qui n’a strictement rien à envier à celui du Front National. L’histrion d’extrême gauche qui passe son temps à insulter les journalistes et les médias où il est d’ailleurs omniprésent, est fier de se réclamer (comme d’ailleurs trois autres candidats du premier tour !) d’une idéologie qui a fait plus de 100 millions de morts et d’invoquer la Terreur de 1793 tout en appelant à l’insurrection « civique ». Comme la candidate du Front national, Mélenchon condamne le système libéral, les riches et les banquiers et demande l’intervention de l’Etat en économie (des nationalisations, plus de « social », plus de dépenses publiques). La seule différence c’est que les immigrés – boucs émissaires de Marine Le Pen - sont « remplacés » dans le discours de Mélenchon par les représentants des classes supérieures, les bourgeois et les patrons, les immigrés n’ayant que des avantages. A cela près, les programmes se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Et pourtant, aucune belle âme de gauche ne trouvera rien à dire. Aucun des membres du PS n’a pris ses distances avec le discours autocratique de Mélenchon !

Voilà une nouvelle preuve que la gauche française est toujours malade d’Alzheimer. Elle oublie systématiquement les crimes du communisme pour se focaliser sur les dérapages verbaux de la famille Le Pen, qui n’a pas trempé dans les crimes nazis à ce que l’on sache. Depuis des décennies, l’alliance des socialistes avec l’extrême gauche est naturelle. En 1998, c’est bien François Hollande, l’actuel candidat à la présidentielle, qui chantait les louanges du Manifeste du parti communiste de Marx à l’occasion des 150 ans de ce texte fondateur du phénomène communiste. En 1997, lors de la parution du Livre noir du communisme, les socialistes français ont été à l’avant-garde de la contestation et des critiques à l’égard des auteurs d’un ouvrage qui détaillait ce qu’on savait déjà : l’horreur du génocide communiste dans le monde. Contrairement aux partis socialistes et communistes des autres pays européens, la gauche française a continué à clamer l’innocence du communisme « pur » et à se réclamer de la pensée marxiste.

Durant cette élection encore, cette gauche est arrivée à gommer aussi la catastrophe économique du socialisme partout où il a été appliqué. Malgré l’effondrement de l’économie dirigée, on nous ressort encore les vieux poncifs sur les mérites de l’Etat interventionniste tout en désignant le libéralisme comme le « vrai » coupable. L’utopie socialiste revient au galop en ce début du 21ème siècle malgré son échec retentissant à la fin du siècle dernier. Son retour est largement favorisé par la maladie de la gauche française. Et ses conséquences pourraient être catastrophiques pour le pays.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le dictateur Fidel Castro a rejoint le paradis ... socialiste

De TRUMP à UBER : l’avenir d’un autre monde ?


Les dangers socialistes du programme économique et fiscal d’Hillary Clinton

Primaires : une « flat tax » à 20 %
La proposition de la candidate NKM



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

triste

le 12 mai 2012, 08:22

depuis 30 ans ;la droite la plus béte du monde,offre le pouvoir a la gauche,

2012 ;c"est fait,pourtant les droites sont majoritaires dans le pays

avec l"arriver de la nouvelle droite de M LEPEN ;c"est une nouvelle génération qui arrive,

résultat,plus de 18%

tout les sondages ;le disent ;

les gens de droite,veulent un accord ,

les élites de l"UMP sont couper de leurs adhérents ;qui se rétrécisses comme une peau de chagrin ;

les triangulaires vont faire le reste,

qui se marre ? les socialistes

M NKM qui dit,je préfére voter socialiste,en pleine campagne électoral,une malade,et SARKOZY peut la remercier ;ainsi que d"autres ?

les seuls qui peuvent créer de la richesse et de l"emploies ;le priver ?

pour cela,il faut leurs foutre la paix et cesser de les ponctionner a tout les niveaux

les vrais malades,se sont les politiciens de tout bords

- Répondre -

Droite/Gauche...

le 12 mai 2012, 10:34

En France tout polititien ou parti politiquce qui ne se qualifie pas communiste ou socialiste est qualifié

de droite. On oublie qu’entre la droite et la gauche il y a le centre. Par exemple : il est parfaitement abérrant de classer à droite Marine Le Pen ou le général de Gaulle l’un comme l’autre sont (ou a été) au centre-gauche.

Un peu d’ordre dans le classement permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble...

- Répondre -

Communisme

le 12 mai 2012, 20:09

La France est un des rares pays (avec la Corée du Nord) au monde où il existe encore un parti communiste. Et les donneurs de leçons de gauche, les ’forces du progrès’ semblent s’en réjouir. A leur place, je ferai profil bas. Si le Front National est aussi dangereux qu’ils semblent le penser, il faut purement et simplement interdire ce parti. Si cela n’est pas le cas, c’est que le Front National est légal et républicain. A ce titre, ses dirigeants ont le droit de se présenter aux suffrages des électeurs, et les autres partis ont le droit de discuter et s’allier avec lui. Toute autre attitude est stupide et anti-démocratique. Nous avons en France la droite la plus bête du monde, et ce n’est pas peu de le dire, hélas !

SY (Paris)

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications