Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

« J’embauche 17 000 fonctionnaires »

Déclaration surprise du Ministre de l’Education Nationale. Peu importent les sureffectifs, les coûts prohibitifs de nos enseignants : les élections approchent. Où sont les promesses de maîtrise budgétaire et de réduction du nombre de fonctionnaires ? Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, s’interroge…

Déclaration surprise du Ministre de l’Education Nationale. Peu importent les sureffectifs, les coûts prohibitifs de nos enseignants : les élections approchent. Où sont les promesses de maîtrise budgétaire et de réduction du nombre de fonctionnaires ? Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, s’interroge…

Luc Chatel, ministre de l’Education, accorde une interview au Journal du Dimanche (29 mai) dans laquelle il annonce le lancement d’une campagne de recrutement de fonctionnaires dans l’Education nationale. « J’embauche 17 000 personnes » affirme le ministre. Et il précise clairement : "la grande majorité d’entre elles seront fonctionnaires".

Bizarre façon de s’exprimer. Le ministère serait-il devenu l’entreprise appartenant à M. Chatel ? A-t-on privatisé l’Education nationale ? Pas du tout. Le ministre veut faire plaisir aux syndicats et à tous ceux qui s’inquiètent de la baisse des effectifs dans l’enseignement, alors que Nicolas Sarkozy s’était engagé à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Le monde des fonctionnaires représente une très grosse part de notre Camembert national. Un électorat massif (environ 7 millions de personnes en tenant compte aussi des agents des entreprises publiques ou semi-publiques). Un monde dont on a perdu le contrôle et qu’on espère attirer dans sa nasse électorale. Peine perdue pour la droite car, les statistiques et les instituts de sondages le disent clairement, les fonctionnaires votent massivement à gauche. Alors, pourquoi essayer de leur faire plaisir ?

D’autre part, faut-il rappeler une fois de plus que le budget 2010 du ministère de l’Éducation nationale était de 60,8 milliards d’euros, en augmentation de 1,56 % par rapport à 2009. Les principaux postes budgétaires étant : l’enseignement scolaire public du premier degré : 17,6 milliards ; la vie de l’élève : 3,8 milliards ; l’enseignement scolaire public du second degré : 29 milliards ; l’enseignement privé : 7 milliards.

D’après le dernier rapport annuel (2010) de l’OCDE, la France dépenserait désormais 7213 dollars par an pour un enfant scolarisé du primaire au lycée, la moyenne de l’OCDE étant de 6313 dollars. La France dépense environ 7 % de son PIB pour l’éducation alors que la moyenne dans l’Union européenne est de 5.3 % du PIB. A-t-on besoin de plus de dépenses et de plus de fonctionnaires ou bien d’une vraie réforme de notre système éducatif, instituant une vraie liberté scolaire et une concurrence loyale entre établissements ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

Non, la France ne manque pas d’enseignants !

Rentrée scolaire : devenir « éco-citoyen » avant de lire-écrire-compter


La liberté scolaire menacée
Le faux prétexte de la radicalisation islamique

Il faut des enseignants mieux rémunérés et au mérite



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (6)

Effectifs renforcés à l’Education nationale...

le 10 juin 2011, 07:50

Je me suis laissé dire, il y a déjà plusieurs années, qu’il y avait environ 30.000 enseignants qui ne voyaient jamais aucun élèves, trop occupés qu’ils étaient à d’autres tâches que celles pour lesquelles ils étaient rémunérés : actions syndicales, associations diverses - de gauche principalement, etc. peut-être que ce chiffre était un peu exagéré ou qu’il était totalement erroné, je ne sais. En tout cas, on dit toujours qu’il n’y a pas de fumée sans feu, alors, que faut-il penser de la décision de ce curieux ministre de l’E.N. ?

Cordialement. Michel

# enseignants

28 novembre 2011, 19:47

oui c’est vrai (je n’en connais pas le chiffre exact, mais il en a beaucoup) Il faut supprimer ces enseignants qui n’enseignent pas et embaucher certains pour enseigner. Mais évidemment comment pourra-t-on payer les nouveaux plus les "faux" ?

- Répondre -

Le "Mammouth"

le 10 juin 2011, 11:03

Le "Mammouth" n’est pas mort, même Claude Allègre n’a pu le dégraisser !

Au fond ce n’est pas trop grave, il vaut mieux "achever" la France que de la laisser souffrir ! Demander à n’importe quel asiatique ce qu’il pense de notre pays ?

Ah oui vous êtes "romantiques" !

- Répondre -

Hallucinant !

le 10 juin 2011, 14:34

Je partage l’analyse de l’un de vos commentateurs.

Il vaut mieux achever LA FRANCE que de la laisser souffrir...!

Tout est dit.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications