Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Inégalités : plus un pays est riche et enclin à se réformer, moins il y a d’inégalités...

On peut tirer plusieurs enseignements, bizarrement passés sous silence en France, du dernier tableau disponible consacré aux inégalités de revenus parmi les pays membres de l’OCDE.

Le correspondant de l’IREF en Allemagne a attiré notre attention sur le fait que son pays se trouve par comparaison parmi les plus égalitaires au sein de l’OCDE et surtout au sein des pays à économies riches. Selon le coefficient de Gini, qui calcule les inégalités sur une échelle de 0 (le pays le plus égalitaire) à 1 (le pays le plus inégalitaire), l’Allemagne obtient la note de 0.291 contre 0.309 pour la France.

Sur 31 pays membres de l’OCDE, il se trouve seulement 12 autres pays où les inégalités sont moins importantes qu’en Allemagne. Et cela en dépit des théories selon lesquelles la réunification et, surtout, les réformes Schröeder et Merkel auraient tiré les salaires à la baisse et aggravé les inégalités.

La France est donc plus inégalitaire que l’Allemagne, en dépit du fait que ses dépenses sociales représentent plus de 32 % du PIB, contre 26 % du PIB en Allemagne. Il y a une différence d’environ 200 Mds d’euros dépensés en moins par notre voisin ! La France dépense 10 points de plus de PIB que la moyenne des pays membres de l’OCDE et se situe pratiquement au même niveau que la Finlande, la Belgique et le Danemark. Mais ces pays sont nettement mieux classés que la France dans le tableau de l’OCDE : la Belgique avec un coefficient de Gini à 0.273, la Finlande à 0.264 et le Danemark à 0.251. Où vont les milliards s’ils ne corrigent pas suffisamment les inégalités en France !?

Mais le fait le plus intéressant à observer est que la plupart des pays qui sont moins inégalitaires que la France sont aussi ceux qui ont mené des réformes structurelles importantes. Il y a d’abord l’Allemagne, qui a mené des réformes drastiques de son marché du travail et de son système d’allocation chômage par un contrôle accru et très sévère des chômeurs. Il est visible que l’incitation au travail et la baisse des aides sociales n’y ont pas aggravé les inégalités, comme ne cessent de le clamer les syndicats français…

Parmi les pays, qui sont plus égalitaires que la France, figure aussi l’Irlande qui est presque au même niveau que l’Allemagne (0.302). C’est un pays qui pratique, selon ses détracteurs, le « dumping fiscal ». Il n’empêche, les impôts et les prélèvements sociaux moins importants qu’en France ne leur interdisent pas une modification des inégalités supérieure à celle de la France ! La Suisse, les Pays-Bas, la Suède, l’Autriche et le Danemark font également partie de la liste des Etats moins inégalitaires que la France. On constate que ces pays sont aussi ceux qui ont le plus libéralisé leur marché du travail en accordant aux employeurs une très grande liberté de licencier. Suivie de conséquences positives sur le taux de chômage et le taux d’emploi, comme on peut le voir sur le tableau ci-joint. Enfin, deux pays, le Canada et la Nouvelle-Zélande, qui affichent pratiquement le même coefficient de Gini que la France (0.315 et, respectivement, 0.323) sont aussi les pays, parmi les membres de l’OCDE, qui ont baissé le plus le poids de l’Etat et possèdent le marché du travail le plus flexible.

Coefficient de Gini et taux d’emploi (en % de la population active)
Coefficient de Gini Taux d’emploi
FRANCE 0.309 63.6 %
ALLEMAGNE 0.291 74 %
IRLANDE 0.302 62 %
PAYS-BAS 0.283 73.1 %
SUEDE 0.273 75.1 %
AUTRICHE 0.282 71 %
SUISSE 0.289 79.7 %
DANEMARK 0.251 73.1 %
CANADA 0.315 72.2 %
NOUVELLE-ZELANDE 0.323 74.3 %
OCDE (2014) et IREF

Mais, contrairement à ce que croient le gouvernement et les syndicats, ce n’est pas l’Etat et l’importance des dépenses publiques qui contribuent à la réduction des inégalités. La comparaison que nous venons de faire démontre clairement que les pays qui se sont attaqués à l’Etat, et ont libéralisé leur marché du travail, ont davantage diminué leurs inégalités que la France, à moins que celles-ci ne soient pratiquement au même niveau.
Il n’y a donc aucun fondement à l’argument d’un Etat régulateur doté d’une administration pléthorique au service des citoyens français...

Partager cet article :

Autres lectures ...

Emplois (2007-2014) : + 6 % au Royaume-Uni et en Allemagne contre 0 % en France

Entretien avec Juan Rosell
« En Espagne, les réformes structurelles ont sauvé l’économie ! »


Plan d’urgence pour l’emploi
L’aveu d’échec de François Hollande en matière de chômage ?

Chômage : pourquoi les entreprises françaises ne créent pas d’emplois



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

Inégalités microeconomiques

le 11 octobre 2015, 09:38 par lequidam

En fait toutes ces analyses sont exactes mais se suivent et ne changeront rien à la pensée de ceux qui sont persuadés du contraire. Sont sous le critère de pensée de gauche, la macro-économie et la comparaison de revenus sont des certitudes .

Hors les inégalités les plus insupportables sont celles micro-économiques et n'ont pas toujours comme point d'entrée les revenus.

Les inégalités sont évidentes simplement dans des raisonnements micro-économiques. Entre salarié du secteur privé ou public, emploi à vie versus emploi normal. Temps de travail, durée de travail, avantage hors revenus directs.

Il serait bon de penser vos analyses sous des critères plus proche et du concret des gens pour qu'elles soient relayées et fassent réfléchir.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications