Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Ecole : la lutte contre les inégalités passe par l’autonomie et la concurrence

Incapable de vaincre le chômage, le gouvernement promet régulièrement de s’attaquer aux inégalités. Face à un système scolaire qui fabrique des illettrés, le gouvernement invoque les inégalités sociales au sein de l’école. Notre ministre profite d’ailleurs d’une Note d’information de la DEPP (Direction de l’Evaluation de la prospective et de la Performance) intitulée « Acquis des élèves : les écarts se renforcent entre la sixième et la troisième en fonction de l’origine sociale et culturelle » pour annoncer de nouvelles mesures : hausse des crédits dédiés aux fonds sociaux consacrés aux écoles publiques, nouveaux « moyens » (comprendre création de postes d’enseignants) accordés aux Académies concernées par les inégalités scolaires, etc.. Toujours les mêmes mauvaises solutions alors que le problème de l’Ecole française est beaucoup plus grave.

C’est dans les années 1970 que le problème des inégalités à l’école a été « soulevé » par le sociologue Pierre Bourdieu. A tort car à l’époque le nombre d’enfants d’origine sociale modeste qui réussissaient à l’école et à l’Université était en constante augmentation. Se basant sur les données recueillies dans un seul lycée parisien, Bourdieu arrive à imposer le fantasme de l’augmentation des inégalités scolaires. Malgré les travaux de Philippe Bénéton et de Raymond Boudon qui démontrent l’inanité des travaux de Bourdieu, le monde pédagogique et politique est contaminé par ces mensonges. S’en suivent les nouvelles théories pédagogistes prônées par Philippe Meirieu, créateur des IUFM, la mise en place du SPULEN (Service Public Unique et Laïque de l’Education Nationale) et surtout le credo égalitariste : il n’existe pas des élèves plus doués ou des élèves moins bons que d’autres, tous doivent avoir le même niveau. Le plus simple c’est de baisser le niveau de l’école pour que les enfants les moins travailleurs et les moins doués puissent réussir. Il n’y a pas de meilleure façon pour créer des inégalités à l’école. En tirant vers le bas le niveau de l’école, on a fait fuir les meilleurs élèves vers le privé et vers les écoles qui ont su garder un bon niveau. Bien entendu, ceux qui ont pu quitter la carte scolaire ont été les enfants de familles aisées avec des pistons (les enfants des parents socialistes n’ont pas dérogé à la règle).

Le traitement égalitaire du système scolaire continue de plus belle. Les réactions de Mme Najat Vallaud-Belkacem vont dans le même sens : plus de moyens (alors que la France consacre 130 Mds d’euros à l’Education nationale ce qui représente 30 Mds d’euros de plus que l’Allemagne) et plus d’égalité. Et surtout être à l’écoute des élèves.

Il existe pourtant des pays qui ont fait des réformes intéressantes et efficaces dans le domaine scolaire. Les Britanniques ont créé le système des « académies » qui s’inspirent des « charter schools ». Les écoles peuvent recevoir de l’argent public mais sont complètement autonomes et en concurrence. Tous les rapports montrent que depuis le début des années le niveau des élèves britanniques n’a cessé d’augmenter et les inégalités scolaires ont baissé.

Dans le dernier (2012) classement PISA pour ce qui est des résultats des élèves en mathématiques, sciences et lecture, les Pays-Bas se situent à la quatrième place et la France 22ème. La liberté éducative, qui est la clé de voute du système éducatif néerlandais. Cette liberté est par ailleurs garantie par l’article 23 de la constitution de 1838 des Pays-Bas : toute association de personnes peut ouvrir une école sur le fondement qu’elle souhaite. En Europe, les Pays-Bas sont aussi les pionniers du programme du chèque éducation, instauré pour la première fois en 1917 (!) et appliqué à l’ensemble des établissements scolaires, publics et privés. Des écoles privées sont présentes à tous les niveaux du système éducatif néerlandais. Plus de 75 % des élèves néerlandais sont scolarisés dans une école privée. Ces écoles sont autonomes, disposent d’un budget propre et bénéficient de la liberté d’embaucher et de débaucher les enseignants qui sont des employés de droit privé. Les résultats des élèves sont meilleurs qu’en France et les inégalités scolaires pratiquement inexistantes.

Combattre les inégalités à l’école n’est pas une question de moyens mais d’autonomie et de concurrence entre les écoles. Et aussi d’incitation à l’étude et au travail des élèves.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Education : la France est 12e en Europe
Une politique coûteuse et peu efficace

Rentrée scolaire : devenir « éco-citoyen » avant de lire-écrire-compter


La liberté scolaire menacée
Le faux prétexte de la radicalisation islamique

Faute de réformes, des propositions électoralistes
Il faut interdire l’arrosage d’argent public avant les élections



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications