Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

EDF : M. Gadonneix nous raconte des histoires

Contrairement à ce que prétend son Président, les tarifs pratiqués par EDF ne sont pas les moins chers d’Europe. Et ce que Monsieur Gadonneix oublie de dire c’est que l’entreprise EDF, « la vitrine du service public à la française », a plus de 24 Mds d’euros de dettes et 90 Mds d’euros de retraites non provisionnées (avec celles des agents GDF) mais prises en charge par les Français du privé.

Il y a quelques jours, le président d’EDF, Pierre Gadonneix, a réclamé une hausse des tarifs de 20 % en trois ans ou plus. Prétextant des tarifs plus bas que ceux pratiqués dans les autres pays européens, M. Gadonneix cherche à renflouer les caisses de l’entreprise publiques extrêmement endettée et qui néanmoins accorde d’énormes privilèges à ses employés. EDF, considérée comme la « vitrine du service public à la française », malgré son monopole à peine entamé, est même obligée d’importer de l’électricité. Mais pourquoi EDF se trouve dans cette situation ? Est-il vrai, comme le soutient son PDG, que ses tarifs sont 30 à 40 % moins élevés qu’ailleurs ?

Concernant les prix de l’électricité, l’an dernier, les tarifs ont crû de 8 % pour les grandes entreprises, de 6 % pour les PME et de 2 % pour les particuliers. La comparaison avec l’étranger est facile à faire en consultant les statistiques publiées par Eurostat.

Pour les consommateurs domestiques, les prix de l’électricité (au 1er janvier 2007) sont les plus élevés au Danemark, en Italie et aux Pays-Bas. Les prix les plus faibles au sein de l’Union Européenne sont proposés en Bulgarie, en Lettonie et en Grèce. Le prix moyen EU-27 (moyenne pondérée par les consommations d’électricité à usage domestique en 2005) est de 15,28 euros pour 100 kWh. En France, le prix pour les ménages est de 12,11 euros pour 100 kWh, moins élevé que la moyenne européenne mais plus élevé que dans d’autres pays européens.

D’autres pays européens pratiquent des tarifs beaucoup moins élevés

Pour les consommateurs industriels, les prix de l’électricité hors TVA au 1er janvier 2007 sont les plus élevés en Italie, en Irlande et à Chypre. Les prix les plus faibles de l’Union Européenne sont proposés en Lettonie, en Bulgarie et en Estonie. Les prix français de l’électricité ne sont pas parmi les plus chers ni parmi les moins chers. Mais vu les ambitions d’un pays qui a toujours voulu être indépendant énergétiquement, les tarifs pratiqués devraient être beaucoup moins élevés et EDF une entreprise très prospère. En augmentant les prix de 20 % pour les ménages, EDF proposerait des tarifs plus élevés que la moyenne européenne.

L’entreprise très endettée est un paradis pour ses employés

Aujourd’hui, l’entreprise affiche une dette de plus de 24 Mds d’euros (16.5 Mds en 2007) pour un chiffre d’affaires de 60 Mds d’euros. Il y a eu des investissements à l’étranger, certains très profitables (en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche et en Belgique) et d’autres beaucoup moins, comme par exemple au Brésil et dans d’autres pays de l’Amérique latine. Pourtant, EDF profite largement de l’ouverture des marchés car la moitié du chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger.

Or, la réalité des chiffres est scandaleuse. Le PDG d’EDF veut augmenter les tarifs alors que ce sont les consommateurs (qui sont aussi des contribuables) qui assurent par exemple la survie du système des retraites des agents. Les engagements non provisionnés des retraites des agents EDF-GDF qui ’élèvent à plus de 90 Mds d’euros sont à la charge des assurés du privé. En effet, depuis janvier 2005, le régime des agents a été « adossé » à celui des salariés du privé via une nouvelle taxe : « Contribution tarifaire d’acheminement du gaz et de l’électricité » dont les recettes s’élèvent à plus d’1 Milliard d’euros par an.

Tous ces milliards pour que les agents EDF-GDF partent à la retraite à 50 ou 55 ans afin de toucher une pension beaucoup plus élevée que dans le privé. Comme dans la fonction publique, la pension est calculée sur la base des 6 derniers mois d’activité.

Afin de réduire sa dette, l’entreprise EDF devrait se réformer d’abord de l’intérieur et ne plus compter sur l’argent du privé.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Fonctionnaires : 25,8 jours d'arrêt maladie par an !

Salaire des grands patrons : pourquoi il ne faut pas légiférer


EDF : le contribuable se fait racketter de 3 Milliards d’euros

24 % des grands patrons français ont débuté leur carrière dans le secteur public



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications