Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Contrôler les traders en écologie

Voici une nouvelle caste : les traders écologiques. Ils spéculent sur le climat avec…l’argent des contribuables. A quand des réglementations et des contrôles ? Analyse de Michel Gâche

Le cas Kerviel l’a rappelé, sans équilibre entre la récompense et le risque encouru, les dérapages sont inévitables. Si on admet que la Bourse a une chance sur deux de monter (et de descendre), les traders financiers ont une chance sur deux de bénéficier de millions d’euros de bonus en jouant l’argent de leurs clients, et une chance sur deux de ne rien gagner ni perdre. Au pire de perdre leur job. Un pari visiblement déséquilibré qui les encourage à prendre trop de risques. En comparaison, à l’Euromillion, si on peut gagner 100 millions d’euros, la probabilité de remporter la mise est très faible (1 sur 67 millions).

Les promoteurs de mesures écologiques drastiques sont dans une situation identique : éoliennes, ampoules basses consommation, panneaux photovoltaïque, bâtiments haute qualité énergétique, voitures électriques, transports en commun, ces traders écologiques misent des centaines de milliards d’euros par an de notre argent et de notre liberté. Plus ils nous inquiètent, plus leur prestige, leurs pouvoirs et les ressources dont ils disposent s’accroissent : responsables politiques, administrations, laboratoires de recherche, media, industriels profitent d’un véritable pactole.

Comme les traders financiers, les traders écologiques ne courent aucun risque. Soit ils seront à la retraite ou plus de ce monde quand leurs prévisions ou leurs solutions s’avéreront fausses, soit ils se reconvertiront dans une autre activité, en nous laissant l’ardoise.

La température de la terre baisse

A quelques semaines de la réunion de Copenhague sur le climat, de plus en plus de personnes émettent des doutes sur la réalité du réchauffement climatique ou sur ses causes. La BBC le 11 octobre et Le Monde le 21 octobre s’interrogent sur la baisse des températures constatée depuis une dizaine d’année. Dans son livre « CO2, un mythe planétaire » publié début 2009, Christian Gérondeau l’avait déjà fait remarquer à partir des mêmes statistiques tout à fait officielles. Pour expliquer ce fait, d’innombrables explications (toutes a posteriori) sont avancées par les Traders en écologie, entre une erreur de calibrage des outils de mesure, une simple baisse temporaire et une baisse qui nous prépare un rebond pire.

Des mesures dérisoires

En supposant que le réchauffement climatique est réel et dû aux activités humaines, d’autres experts s’interrogent sur l’inefficacité des mesures imposées dans le monde, mais encore plus dérisoires en France qui produit si peu de CO2 par habitant. Les pays en développement consommeront inévitablement tout le charbon et le pétrole qui sera découvert.

Responsabiliser les traders écologistes

Comme pour les traders financiers, il faut trouver des façons de responsabiliser les traders écologistes sur le long terme. Si, dans 20 ans, ces milliers de milliards d’euros s’avèrent avoir été détournés des véritables problèmes de la planète, faim et santé dans les pays sous-développés par exemple, la menace du ridicule est une sanction insuffisante. Des poursuites pour crimes contre l’humanité pour les personnes de mauvaise foi seraient à la mesure du problème mais semblent infaisables. Seul un G20 semble en mesure de définir les malus qui seront appliqués aux traders écologistes et à leurs zélateurs qui auraient causé la mort de millions de personnes dans le tiers-monde !

Michel Gâche

Partager cet article :

Autres lectures ...

Accord libre-échange avec le Canada
L’UE exporte plus qu’elle n’importe

OGM : 15 millions de producteurs en Asie


Brexit : pourquoi le Royaume-Uni doit rester dans l’UE

Grève des éboueurs : libérer la collecte des déchets



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications