Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Baisse des dépenses publiques : faisons de l’Obamania !

En France le culte d’Obama n’a pas résisté au dernier vote qui a installé les Républicains au Congrès. Désormais l’administration Obama ne cesse de faire des coupes sombres dans les dépenses publiques. Nicolas Lecaussin s’est amusé à faire une comparaison entre le budget Obama et le budget Sarkozy : explosif !

L’Obamania qui a agité la France en 2008 n’est plus vraiment à la mode. Et le coup de grâce lui a été porté quand le Président américain a fait l’annonce, il y a quelques jours, des réductions budgétaires. C’est bien dommage : sur ce point on pourrait prendre Obama pour exemple. Rappelons tout d’abord que le budget américain n’est pas présenté, comme en France, en fonction d’une prévision de croissance, souvent aléatoire. Aux Etats-Unis on ne spécule pas sur les recettes éventuelles que procureraient un supplément de croissance, on calcule d’abord les dépenses. Dans cet esprit, le budget proposé par Obama pour les années à venir vise des réductions drastiques de dépenses publiques. Et grâce à ces réductions le déficit actuel de 1.600 milliards de dollars passerait à 1.100 milliards en 2012 et serait divisé par deux en 2015 pour atteindre 607 Milliards de dollars. C’est qu’au total la baisse des dépenses publiques dépasserait les 623 Milliards de dollars sur les 10 prochaines années. Bien entendu, ce n’est pas vraiment suffisant, et l’opposition républicaine l’a déjà fait savoir sans aucun doute le Congrès fera encore plus de coupes dans le budget initial.

Il n’en demeure pas moins que les réductions dans les budgets de certains ministères sont impressionnantes, et le budget de la Défense lui-même n’a pas été épargné. Sur 15 ministères (départements d’Etat), 5 seulement voient leur budget augmenter et un seul reste inchangé. Les hausses concernent l’Education (+ 21 %), l’Energie (+ 18 %), les Anciens combattants (+ 11 %), l’Aide internationale (+ 8 %) et le Trésor (+ 4 %) tandis que le budget de l’Intérieur reste le même (12 Mds de dollars).

Pour ce qui est des baisses, la plus importante concerne le budget du Département du Commerce (- 34 %) et celui de la Justice (- 25 %). Ensuite, ce sont l’Agriculture (- 14 %), les Transports (- 9 %), l’Emploi (- 5 %), la Sécurité Intérieure (- 4 %), la Ville (- 3 %), la Santé (- 3%) et la Défense (- 3 %) qui subissent des coupes. On peut remarquer que, malgré un chômage élevé, Obama n’hésite pas à réduire le budget de l’Emploi et touche même aux Départements de la Défense et de la Sécurité Intérieure naguère considérés comme inviolables.

Regardons maintenant du côté de la France. Les économies budgétaires des ministères vont être ridicules.

A l’Education, 16.000 postes seront supprimés en 2011, en vertu de la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Les crédits de l’Enseignement scolaire vont progresser de 310 millions d’euros en 2011 puis diminuer de 400 millions d’euros entre 2011 et 2013. Cela représente une économie de 0.8 % (sur un budget total de 61 mds d’euros).

A l’Economie, les moyens vont baisser de 80 millions d’euros en trois ans (26,6 millions par an) pour un budget de 2 Mds d’euros. Ce qui veut dire que les économies représenteront un peu plus de 1 % par an.

Au ministère du Travail et de l’Emploi, les crédits augmenteront l’année prochaine de 11,25 à 11,37 milliards d’euros. Puis ces derniers vont chuter de 2,27 milliards d’euros entre 2011 et 2013 en raison « de l’amélioration de l’emploi escomptée » (sic). Donc, 0.76 Mds d’euros par an, une baisse de moins de moins de 1 % par an.

Ecologie : les moyens alloués à cette mission vont aussi nettement diminuer en trois ans. Ils vont ainsi passer de 9,24 milliards à 8,82 milliards d’euros, soit 420 millions euros de moins pour le ministère : 140 millions d’euros par an (un peu plus de 1 % de baisse par an sur trois ans).

Immigration : les crédits accordés vont passer de 550 millions d’euros en 2010 à 540 millions en 2013, soit une perte de 10 millions d’euros (3.33 millions par an, 0.6 % de baisse).

Agriculture : les moyens du ministère vont baisser de 250 millions d’euros en trois ans sur un budget de plus de 5 Milliards d’euros, c’est-à-dire une baisse de 0.5 % sur trois ans.

Enfin, on ne touche pas au ministère de la Culture : les crédits vont stagner jusqu’en 2013 à 2,77 milliards d’euros.

Le tableau ci-joint montre clairement les différences entre les volontés de réduire les dépenses publiques en France et aux Etats-Unis. Elle est où, l’Obamania ?

Baisse du budget des ministères (2010-2011)

Ministères

Obama

Commerce

> 34 %

Justice

> 25 %

Agriculture

> 14 %

Transports

> 9 %

Emploi

> 5 %

Sécurité Intérieure

> 4 %

Politique de la Ville

> 3 %

Santé

> 3 %

Défense

> 3 %

Ministères

Sarkozy

Education

> 0.8 %

Economie

> 1 %

Emploi

> 0.9 %

Ecologie

> 1 %

Agriculture

> 0.5 %

Immigration

> 0.6 %

Partager cet article :

Autres lectures ...

Obamacare est un désastre

Exportations agricoles : L’Amérique et l’Union européenne sont à égalité


Pourquoi l'éolien est un vrai danger pour la France
Débat-Dégustation libérales

Un économiste au service de la crise



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

abolissons les privilèges

le 4 mars 2011, 09:25

le vrai problème est dans les privilèges exhorbitants des politiques :

> régimes super-spéciaux de retraites

> remboursement forfaitaires de frais (sans justificatifs)

> indemnité de fin de mandats des députés (60 mois à plus de 7 000 €/mois quand les chomeurs doivent se contenter de 24 ou 36 mois)

> surpopulations : 54 pdts et vice-pdts à la comunauté d’agglomération de Mulhouse , cela ressemble à d ela corrupton légalisée (signes l’adhésion de ta commune, t’auras une rémunération)

ensuite les régimes spéciaux des fonctionnaires, leur retraite reste à 75% du dernier salaire (rien à voir avec les 50% des 25 meilleures années) et on sait qu’une grande partie d’entre eux est augmentée la dernière année)

les conslusions de la coutr des comptes sans effet concret

le clientélisme dans les recrutemenst des administations décentralisées, les seuls créateurs d’emploi dans certaines régions son les administratains, donc immanqaublement créateurs de deficits et d’impôts

etc...

etc....

abolissons le sprivilèges et subitemenyt nous serons riches

# REPONSE A Anonyme

4 mars 2011, 17:55

TOUT a fait d’accord avec ces remarques

# privilèges

4 mars 2011, 18:02

j’applaudis des 2 mains à ces réflexions ; je ne répèterai pas .... je suis absolument d’accord : nous allons mourir de trop de privilèges !

Qui osera mettre tout cela à plat ?

# Retraite des foncctionnaires

4 mars 2011, 20:59

Oui pour les fonctionnaires la retraite est calculée sur 75 % du dernier salaire.... mais il faut savoir que le salaire du fonctionnaire augmente selon le bon vouloir du gouvernement et très progressivement.... dans le privé il suffit d’avoir différents emplois mieux rémunérés(comme par exemple des heures de nuit) et la moyenne de la retraite augmente.... d’autre part dans le secteur privé il y a la retraite complémentaire .... dans la fonction publique cela existe depuis très peu de temps.... Arrêtons de mettre en compétition malsaine le privé et le fonctionnaire.... on a tous besoin des uns et des autres.

# il faut vous renseigner !!!

6 mars 2011, 18:00

il faut vous renseigner !!! Le privé", ce n’est plus 50 % depuis belle lurette mais 46 % !!!

- Répondre -

Crise de l’endettement

le 4 mars 2011, 15:16

Il faut investir aux US qui réagissent à l’endettement excessif de l’Etat, et pas en France où on s’en moque.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications