Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Aidez l’IREF en faisant un don

Institut privé et indépendant avec un statut d’Association Sans But Lucratif.
Nos ressources proviennent uniquement des dons privés.

Concerné par notre action ?

- Vous pouvez soutenir nos campagnes par un don :

En ligne : Par chèque :



IREF Europe
35 avenue Mac-Mahon
75017 Paris

- Ou contribuer en nous contactant :

formulaire de contact 01 43 80 55 18

Réduction d’impôts

Le don en argent par une personne physique donne droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Les versements opérés par une entreprise (assujettie ou non à l’impôt sur les sociétés) donnent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant dans la limite de 5 p. mille du chiffre d’affaires hors taxes.

Partager cet article :

Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (31)

soutien total

le 27 novembre 2014, 15:12 par COLIN

100% d'accord avec votre initiative sur les programmes d'économie !
Il est encourageant de constater que les media commencent à être sensibles aux faits, et que le discours sur le rôle omnipotent de l'état commence à moins faire recette. De même face à l'échec des gouvernements, les français commencent à considérer l'entreprise comme étant le vrai lieu de création des richesses et des emplois réels. Il faut donc poursuivre inlassablement notre action.Je suis déjà donateur et je compte donc le rester.
cordialement

- Répondre -

simple mise au point

le 27 novembre 2014, 16:21 par D PROSPER

dans votre article remettant en cause l'école française qui ne préparerait pas les jeunes à la culture économique et du libre échange, et pire, que cette même école inciterait les jeunes à se méfier de l'entreprise, je voudrais vous informer, peut être vous rappeler, que dans l'école française, il y a dans l'enseignement Professionnel et Technologique des périodes de formation en entreprise obligatoires.
Ces périodes ont pour but de préparer les jeunes à rentrer dans le monde du travail, dans l'entreprise, donc dans le monde économique. Dans tous les diplômes professionnels, TOUS, ces périodes de formation en entreprises, obligatoires, sont certifications. C'est à dire que la formation réalisée en entreprise, les compétences mobilisées dans le monde du travail et de l'économie comptent pour la délivrance du diplôme.
Alors je vous serait très reconnaissant de bien vouloir le préciser et en permettant une sorte "de droit de réponse" à vos propos qui sont pour l'occasion injustes par rapport à tous les acteurs engagés dans ce processus de formation que ce soit dans les établissements publics ou privés.
Merci à vous d'en prendre note.

- Répondre -

Parfaitement en ligne

le 27 novembre 2014, 16:50 par Grégoire

J'adhère totalement d'autant plus que je suis jeune créateur d'une entreprise dont un des socles est de faire de la pédagogie financière auprès des particuliers. Sur la finance d'entreprise. Je ne souhaite pas en parler sur un mur de blog mais serais très heureux de pouvoir vous le présenter de manière privée.
A titre d'exemple, le "scandale des autoroutes" est en partie dû au fait que les particuliers confondent Résultat Net et Retour sur Investissement. C'est un peu technique, cela nécessite de l'apprentissage et je travaille dessus.

Excellente initiative ! Mais n'est pas perdu d'avance ? Les murs à franchir me paraissent bien hauts. J'ai une solution intéressante et d'ailleurs recherche encore des appuis... Merci :)

- Répondre -

tout à revoir

le 27 novembre 2014, 18:59 par patiniere

l'ecole de nos jours ne corespond à plus rien elle n'apprend plus les fondamenteaux les prof sont mal formés nos gouvernements depuis 1981 donne de mauvaise directives et le mamoute ne se remet pas en question ils pensent à leur auguementation au vacances à leur sécurités de l'emploie certain parents d'élèves sont mal éduqués leur enfants sont des enfants ROI se ne sont pas leurs enfants qui ne cmprenne pas se sont les prof qui n'esplique pas bien

- Répondre -

et si on se prenait en charge...

le 28 novembre 2014, 10:13 par GDEON

... demander à l'enseignement quand même un "peu de gauche" d'améliorer la connaissance des entreprises aux écoliers ou étudiants, c'est comme avoir donné à Dracula la gestion des centres de transfusion sanguine et de lui demander de devenir végétarien et favoriser les légumes bio...ça peut prendre longtemps.
Il est temps de se prendre en main et cesser de demander à d'autres (l'état) d'agir à notre place. Les entreprises ont besoin de former les jeunes ...et les moins jeunes et les sortir de leur illettrisme économique. Bien ! .. avec quelques actions de choc bien médiatisées, on irait plus vite...
Par exemple : un opuscule plaisant à lire et simple (ne pas oublier que les Français ne sont pas simplement illettrés en économie) expliquant ce que les livres scolaires ne disent pas...
ou une bande dessinée signée par une belle pointure...
ou une suite de petites videos organisées comme des pub
....
On arrive bien à vendre n'importe quelle stupidité avec un marketing offensif..
Je suis presque certain que le Medef ou/et les groupements de PME peuvent financer facilement, sans compter que le retour sur investissement se traduira par une amélioration de la paix sociale et d'une communication meilleure dans l'entreprise puisque enfin, les acteurs se comprendront.
Moi qui suis retraité, je serais même prêt à participer à une souscription pour réaliser ce type d'action, c'est dire !

- Répondre -

une suggestion simple

le 28 novembre 2014, 14:31 par Biclet

Ce n'est pas l'Education Nationale qui fait les manuels scolaires (pas encore ...) mais les éditeurs et les enseignants : que des auteurs volontaires de l'entreprise contactent des éditeurs pour faire partie d'équipes d'auteurs... Armelle Biclet, professeur de Lettres classiques, auteur chez Nathan d'un manuel d'orthographe, après m'être présentée chez l'éditeur (Scodel à l'époque).

- Répondre -

Manuels scolaires anticapitalistes

le 30 novembre 2014, 15:32 par Picsou75

Monsieur,
j'approuve totalement votre point de vue. Les programmes et manuels scolaires actuels sont devenus de véritables pamphlets anti capitalistes, anti entreprise... C'est très grave pour au moins deux raisons. Pour aboutir à cela, il a fallu des années d'infiltration, de manipulation, de pressions faites par les courants gauchistes. Cela montre ainsi l'imprégnation complète de l'éducation nationale. La deuxième est une conséquence : des milliers d'élèves sont ainsi manipulés, et remplissent alors les rangs de tous les français qui détestent l'activité économique.
Il y a 2 ou 3 ans, le magazine l'Etudiant a sorti un sondage sur les souhaits des jeunes européens : 70% des jeunes français revent de devenir fonctionnaires...!
J'ai consulté le livre d'économie (matière principale) de ma fille en terminale ES : les 4 grands thèmes pour l'année sont : l'économie sociale et solidaire, le développement durable, les inégalités et le chômage. Ce n'est pas avec ça que l'on va produire des cadres capables de réussir dans le monde actuel !

- Répondre -

Les riches sont la solution

le 9 décembre 2014, 08:36 par Dprosper

Puisque vous proposez de supprimer ce que vous appelez les états providences afin de lutter contre l'immigration, puisque vous proposez la solution par les riches et non par les pauvres, alors je vous suggère d'aller collecter des dons chez les riches pour votre association.
Certe, le débat démocratique autorise et c'est très bien, le débat contradictoire. Mais il m'autorise également à vous donner mon avis, qui n'est que mon avis, sur vos propos. Les pauvres ne sont que la conséquence des riches dans le monde.
Les richesses sont nécessaires et utiles que lorsqu'elles servent aux peuples et non à une poignée de privilégiés qui ne pensent qu'à en avoir plus même si cela "écrase" des peuples.
L'économie mondiale actuelle n'a aucune morale et provoque plus de dégâts que de bienfaits. Que dire des sans domiciles qui pourtant travaillent bien dans des entreprises mais ne peuvent se payer un toit pour rien que s'abriter ?
Où est la morale ?
Pourrait on demander aux plus riches de faire un don aux sans abris ?
N'y verrait on pas un signe de prise de conscience des leaders du CAC 40 et des rois de la finance ???
J'y verrais plus de sens démocratique qui, certainement, éviterait le vote extrême droite et la poussée de toutes formes de racisme.
A moins que ce vent pousse un jour un souffle de révolution des peuples...

- Répondre -

Bravo !

le 9 décembre 2014, 12:22 par POULLAIN

J'applaudis à deux mains votre action.
Quand on pense que la Direction de l'Etat est confiée à des hauts fonctionnaires formés à l'ENA (Ecole de Nullité pour les Anes) dont aucun n'a eu au cours de sa carrière de relations suivies avec ce qu'on appelle l'Entreprise !
Ces ronds de cuir, privilégiés de l'Etat, ne se préoccupent en gros égoîstes que de leur carrière.
Pour eux l'école, c'est pousser notre jeunesse à se lancer dans des études de plus en plus longues pour éviter qu'ils s'ajoutent à la liste déjà impressionnante des demandeurs d'emploi (expression édulcorée pour désigner des chômeurs)
Pour eux l'économie se résume en deux mots : IMPOTS et TAXES. On se croirait sous le règne de Ubu roi !
Pauvre France tu es tombée bien bas ! Et personne ne se profile à l'horizon pour tenter de la relever !

- Répondre -

concerne vos publications générale

le 16 mars 2015, 07:21 par devillers,roland

Bonjour,
une simple question s'il vous plait, il se fait que depuis plusieurs mois je suis devenu lecteur assidu de vos publications,bien merci, ma question est pourquoi dans aucun de vos commentaires vous ne cité la Belgique dans vos statistiques ou autres ???
enfin existe t-il un équivalent de vos publications ici en Belgique ???
bien merci et mes compliments
signé, devillers

# Re : concerne vos publications générale

16 mars 2015, 11:15 - Nicolas Lecaussin

Bonjour,
nous faisons pratiquement régulièrement des comparaisons internationales dans nos articles, la Belgique comprise...
Bien cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur

- Répondre -

Enfin !

le 15 novembre 2015, 05:45 par Henri Stref

Je viens de decouvrir votre association, par hasard, a travers un article de M. Jean-Yves Naudet, que vous voudrez bien remercier de ma part.

Eh bien , bravo ! Vous avez réussi a me redonner un peu d'oxygène et me confirmer que l'economie est une affaire trop... Humaine (et non pas sérieuse) ...pour etre confiée a des Enarques et des politiciens...

Mon support moral est bien la et avec tous mes souhaits. Je regrette seulement que je ne sois pas reconnu en économie pour porter mes convictions. Mais j'ai été et suis toujours un acteur de l'économie, et je considère que l'individu doit se ré approprier son economie, non pas l'état. Ancien ingenieur du gaz et du pétrole, je suis révolté par l'irresponsabilité et la lâcheté intellectuelle de nos dirigeants et élites politiques. Je vis en Australie actuellement... (Devinez pourquoi, ? ) et mon ancien métier m'a emmené a voyager partout . De la, j'ai acquis des convictions sur la définition de l'économie, de l'individu, de la notion de PIB, des aspirations humaines et de la domination infructueuse de nos dirigeants et de leurs vassaux financier. Je prévois d'écrire un ouvrage sur ma vision de l'activité humaine car je crois en :

> La liberte individuelle par l'éducation a vie et la libre conccurrence réelle.
> L'artisanat éclairé du 21° Siecle par les nouvelles technologies et une education individualisée et professionnalisée a vie.
> un Etat qui aurait pour constitution de "Tout faire pour diminuer l'état" mais pas le supprimer. Quitte a durcir les pénalités pour faire respecter la libre conccurrence et abolir les situations monopolistiques, abusives, et anti concurrentielles.
> De remettre l'individu éclairé du 21° siecle au coeur de l'économie, et non pas l'individu au service des economistes...prétendus !
> De supprimer la notion de PIB en la remplacant par le taux d'autosuffisance individuel le T.A.I. Ce qui veut dire qu'un individu, une organisation,une region, pays comptabiliseraient la richesse produite par la création d'autosuffisance matérielle mais aussi morale réelles. Et non plus par de la fausse richesse, telles que les spéculations mobilières et immobilières, le blanchiment d'argent sale, les richesses naturelles, la rente...Seules les organisations créatives et créatrices et "heureuses" auraient un taux De TA ou TAI élevé, et non plus des organisations rentières... Etc...

Il y aurait beaucoup a dire... En tout cas avec tous mes meilleurs voeux.

- Répondre -

Départ de France

le 17 décembre 2015, 14:45 par FOUCHE CLAUDE

Voilà quarante ans que je lutte contre cette administration (hauts fonctionnaires 15 000 et énarques 5 000, je crois) mais la prétention de ces gens nous a conduit à 2150 milliards de dettes publiques et 72 milliards de déficit prévu en 2016 ; 5,8 millions de fonctionnaires et 116 000 élus à statuts exorbitants... Ils son devenus riches par la générosité de la loi fiscale et ils ont tué l'esprit d'initiative avec des textes administratifs incohérents... La collectivisation de notre pays est trop avancée. Je m'arrête d'ici quelques semaines et je quitte la France fiscalement, mes enfants sont partis à l'étranger, je pars aussi. Nous nous sommes connus aux travers de la quête du libéralisme, mais c'est hors du temps, c'est vraiment dommage, je pars fin juin 2016.
Bon courage à vous et qui sait, peut-être, nous nous rencontrerons là bas, de guerre lasse !

- Répondre -

l'union fait la force

le 17 décembre 2015, 17:12 par BRABANT

J'ai participé financièrement à votre action et certainement davantage à Contribuables associés.
Dans la mesure où vos objectifs se ressemblent pourquoi ne pas fusionner. Il est difficile de soutenir tout le monde même si nous partageons beaucoup vos idées. Cordialement.

# Re : l'union fait la force

17 décembre 2015, 17:16 - Nicolas Lecaussin

Sur le fond vous avez raison mais il vaut mieux attaquer à plusieurs... De plus, Contribuables Associés est une association exclusivement axée sur les impôts tandis que notre Institut est plus généraliste.
Merci de nous soutenir,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Soutien moral....faute de mieux

le 17 décembre 2015, 17:28 par CLERGEOT

Bonjour,
Je comprends parfaitement que l'argent soit le nerf de la guerre contre "l'inaptocratie", pour reprendre une formule chère à Monsieur Jean d'ORMESSON.
Je cotise déjà à Contribuables Associés et Sauvegarde Retraites ! Bien sûr dans la mesure de mes moyens ! Et vous savez mieux que quiconque que, retraité (bien que considéré comme "nantis" par nos gouvernants) je ne peux plus négocier mes "émoluments" comme au temps où je travaillais. (60 heures / semaine et non pas 35 !)
Par contre, je ne manque pas une occasion de transmettre vos articles et réflexions à mon entourage. C'est ma façon à moi de participer.
Bien cordialement.

# Re : Soutien moral....faute de mieux

17 décembre 2015, 17:30 - Nicolas Lecaussin

Merci à vous !
Cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Droit au respect dans le respect du droit

le 17 décembre 2015, 17:44 par VIGNELLO Daniel

Je suis un petit retraité qui a cotisé 33 ans à la CRAM et 10 ans à la MSA ce qui ne cumule pas comme certains mais divise, en plus handicapé depuis ma retraite donc sans droit mais j'aide l'IREF et l'ALEPS avec mes petits moyens convaincu par l'excellent ouvrage de Nicolas LECAUSSIN, c'est l'état qui tue la France après les fabricants de chômage de son maître de plus en plus d'actualité

# Re : Droit au respect dans le respect du droit

18 décembre 2015, 18:40 - Nicolas Lecaussin

Merci, cher Monsieur de votre soutien ! C’est grâce à des gens comme vous que nous pouvons continuer le combat pour réformer la France !
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

L'IREF, le réconfort du bon sens

le 17 décembre 2015, 19:10 par Acidacetix

Bien que retraité, vivant "loin du monde et du bruit", j'apprécie les études de l'IREF car j'y trouve le réconfort du bon sens et l'espoir que nous finirons par sortir du bourbier politique dans lequel nous sommes de plus en plus profondément enfoncés depuis près de quarante ans. Tout a été dit sur la clique qui s'est partagé le pouvoir pendant toutes ces années. Un grand ménage reste à faire. La confiance ne peut s'accorder à des gens qui ne la méritent plus.

# Re : L'IREF, le réconfort du bon sens

18 décembre 2015, 18:38 - Nicolas Lecaussin

Merci de votre message qui nous fait plaisir et nous encourage dans notre travail !
Cordialement,
Nicolas Lecaussin
Directeur de l’IREF

- Répondre -

Continuez dans cette voie ! Heureusement que vous existez !

le 7 janvier 2016, 12:11 par I.MASSEGLIA

Je viens de faire mon premier don car j'adhère complètement à vos idées. De formation économique, je regrette que l'économie soit mal enseignée dans l'éducation nationale (déconnectée du monde de l'entreprise) et que la part qui lui est faite dans la société soit si mince. Je me souviens d'un magazine mensuel de vulgarisation de l'économie qui existait il y a très longtemps qui s'appelait "Sciences et Vie Economie". Il faudrait aider le grand public non initié à comprendre les rouages de l'économie par ce type de média. Ainsi certains auraient une autre approche des idées libérales et de leur avantage....
Continuez à proposer vos idées brillantes à nos gouvernements qui feraient bien de s'en inspirer davantage !! Merci pour votre travail !

# Re : Continuez dans cette voie ! Heureusement que vous existez !

7 janvier 2016, 12:16 - Nicolas Lecaussin

Merci de nous soutenir !
Nicolas Lecaussin
Directeur

- Répondre -

Regroupons-nous

le 2 décembre 2016, 21:36 par Jacques ROLLAND

Acquis totalement aux buts qui sont défendus et convaincu que le Libéralisme (et non la caricature qui en est faite par les media) doit être diffusé,j'adhère déjà à l'IREF, à l'IFRAP, à Contribuables Associés, je lis et soutiens l'IFP, Contrepoints et Causeur...
Il faut rassembler hommes et moyens et devenir une voix incontournable dans le débat public

- Répondre -

Redressons l'école avec des diplômes mérités.

le 12 décembre 2016, 14:10 par Libéralisateur

Le redressement de la France passe d'abord par la réforme de l'école primaire. Où il faut apprendre l'ordre, le respect et surtout le français.
Dire aux français que la vie, sans s'appliquer au travail, ne vaut pas la peine d'être vécue.
Et libéraliser la société, c'est d'abord de l'articuler autour du seul individu et proscrire tous les collectivismes qui ne sont pas librement consentis. La défense de la propriété privée, valide le concept de capital qui seul, pérennise les patrimoines et le transgénérationnel.
Continuez votre combat pour remettre l'église au milieu du village.

- Répondre -

Toute vérité est bonne à dire

le 12 décembre 2016, 15:27 par Libérâle

Avec quelques autres vous avez remis l'Economie à la place qu'elle mérite dans notre société ouverte. C'est un bonheur de trouver une parole libre et argumentée pour tracer un avenir plus lumineux à notre pays tout en combattant les idéologues de tout poil nullement intéressés par la recherche de l'intérêt général.

- Répondre -

bravo

le 12 décembre 2016, 21:26 par rené

fillon

- Répondre -

Votre mandicité

le 14 décembre 2016, 16:56 par A DAVY

Sinistre prétentieux de droite.
Vous pronez des idées croyant que vous detenez la vérité. Et en plus vous tendez la main pour obtenir une piéce. Mais si vous éte dans le besoin ne serait-ce pas du au systeme que vous glorifiez à corps et à cris.
Alors fermez vos gueules et allez gagner votre pognon selon les regles que vous répendez.

- Répondre -

Les politiques et leurs médiocres recettes de cuisines.....

le 22 décembre 2016, 09:20 par Patricio

« Il faut, bien entendu, supprimer le statut des fonctionnaires (hors fonctions strictement régaliennes) et arrêter le financement public des syndicats ».

Ce programme de la droite "libérale" pour ne pas dire "ultra libérale" porté par les candidats de la droite aux primaires, notamment celui de monsieur Fillion, n'en demeure pas moins discutable !!
En effet son nouveau programme propose de « défonctionnaliser » la France, « hors des fonctions régaliennes ». A fortiori nos politiques au cours du quinquennat de N.Sarkozy n'ont pas ménagés leurs efforts pour démanteler la Police et l'Armée (Impulsé sous J.Chirac) dans le seul but de réduire la dette publique. Quand est-il aujourd'hui ? Des attaques répétées et aveugles dans les plus grandes puissances économiques Européennes et plus particulièrement la France, par des « fous » endoctrinés et laissés pour compte au regard de l'héritage économique et social, les choix réalisés par les politiques de retour au pouvoir et leurs médiocres recettes de cuisines. « Responsable, mais pas coupable » ? J’ai beaucoup de mal à concevoir qu’ils osent demander aux français de leur confiance à nouveau !!
Aujourd'hui ces mêmes personnes font leur mea-culpa et proposent de redresser la barre sur le plan économique et sécuritaire en prônant de nouvelles réformes et des privatisations à outrance.
J'enseigne depuis 28 ans, durant ces années, j'ai enseignés dans trois établissements de type public général et technologique. Au cours de ma carrière, les réformes engagées pour l'éducation depuis une demie-décennie déjà, ont fortement contribué à réduire et cadenasser toutes formes de pédagogie, à réduire le nombre des enseignants, surcharger les classes, et de surcroit à affaiblir le modèle français de l'éducation.
F.Fillion propose aujourd'hui de favoriser la création d'établissements privés et de supprimer le statut des fonctionnaires de l'éducation.
Dans le cadre de projets Européens "Comenius" et "Erasmus" j'ai pu observer l’enseignement diffusé en Allemagne, Espagne, les Pays-Bas, Italie, Grande Bretagne, les collègues sont unanimes et envient notre modèle d’éducation. Si nos résultats aux examens sont estimés faibles, (La France est classée 12e sur 31 pays), ils ne sont que le résultat d‘un haut niveau d’exigences et de contenus. C’est aussi une des raisons pour lesquelles nos jeunes diplômés sont recrutés dans de nombreux pays étrangers et de nombreux étudiants du monde entier viennent en France se former ! L’IREF à classé les trois pays en tête…la Belgique, les pays bas et la Suisse. Il faut préciser que ces pays sus nommés, ont une économie principalement basée sur une économie de services et d’industrie tertiaire.
Monsieur F. Fillion et Nathalie Kociusko Maurizet, sont également de purs produits des grandes écoles et universités nationales.
http://www.gala.fr/stars_et_gotha/n ....
http://www.gala.fr/stars_et_gotha/f ...
Ils ont tous deux, occupés des postes de hauts fonctionnaires rémunérés par l’état. Aujourd’hui qu’en est-il ? Ils feraient certainement d’excellents enseignants dans une grande école privée !
L’IREF composé d’un CA de professeurs de facultés ou d’universités majoritairement Européennes et Françaises et un seul chef d’entreprise, dit indépendante de tout parti ou organisation politique et se refuse le financement public, pourtant cet appel à contribution soutient fortement le programme de F.Fillion ! C’est regrettable ou peut–être que cette demande de contribution se doit d’être moins « politisée ».
A bons lecteurs bonne journée.

- Répondre -

Au-dessus des noirs nuages, il y a un ciel bleu ....

le 22 décembre 2016, 09:42 par Philippe

Annecy le Je 22 01 2016

Bonjour,

Un mot pour vous dire que si je suis d’accord pour réformer la France, surtout au niveau du nombre d’élu et de leurs des privilèges, qu’il faille réforme le monde du travail, c’est vrai aussi, mais je trouve que vous vous positionné beaucoup trop du côté « patronat », par le biais de la suppression des 35h00 ou des acquis sociaux …. La France est un pays RICHE, elle a moyen de montrer au reste du monde que l’on peut créer de la richesse tout en enrichissant son peuple, d’ailleurs n’est pas le rôle d’un père de famille de faire en sorte que ces enfants soient heureux ? Je travaille dans une société privée, qui je dois l’admettre est plutôt visionnaire dans son métier, cette société part du principe que pour prendre des parts de marché, il faut des gens sur le terrain et non pas de faire courir dans tous les sens un personnel insuffisant pour attendre ces objectif, c’est gagnant, gagnant, on développe, les actionnaires y trouve leur compte, les personnels touche ces primes, sa participations etc. …
Les 35h00 ont créé un nombre incroyable de Business, je vis à Annecy (pour info je ne suis riche, mais pas dans le besoin) et maintenant ou plutôt depuis les 35h00, on a vu monté en puissance le nombre de touristes. Avant les touristes étaient là en été, maintenant c’est toute l’année, ça a fait connaitre encore plus notre région et du coup il y a aussi de plus en plus d’étranger (toute nationalité confondu)
Ce n’est pas en faisant comme les américains qui passent leur temps à aseptiser la planète (mais la nouveauté maintenant c’est qu’ils le font avec leur peuple) que la France avancera. En France, il y a encore c’est honneur tacite qu’on a pu voir lors d’évènement comme Charlie, où le peuple s’est réuni autour de cette idée de droit, de liberté, sans revendiquer quoi que ce soit, il fallait être là et pas ailleurs ; Et cet esprit on le retrouve beaucoup chez les travailleurs, ils veulent faire leur travail, ils se foutent des toutes ces histoires médiatiques qui poussent à faire penser aux gens que la France est un pays « pourri ». Les média poussent les gens à l’abrutissement et ça dure depuis vraiment longtemps. J’ai acheté il a longtemps, « le journal de ma naissance, LE MONDE » et lors d’une conversation avec mon oncle qui tenait ce discours que j’aime tant, tout va mal, on va tous mourir et bla bla bla, j’ai donc sorti mon journal (LE MONDE) et sans montrer le journal, je lui ai lu absolument tous les GROS TITRES du journal, mon oncle a confirmé qu’on parlait tous les deux des problèmes actuels du monde, sauf que le journal date de 1962, il s’est donc écoulé 54 ans et rien n’a changé, les problèmes sont les même. Je vous conseille cette expérience avec les plus assidu des revendicateur et de préférence devant un média.
Pour ma part pour éviter tous ces problèmes, j’ai tout simplement idéalisé un monde. A 12 ans (maintenant 54) j’ai compris que j’avais problème, si je voulais quelque chose, il fallait que je fasse ce qu’il faut pour me le procurer. Le temps a passé et … je ne suis pas divorcé, mes enfants n’ont pas passé leur jeunesse devant un écran, mais a gripper aux arbres, fait du ski, allé à la plage … même s’il avait chacun un ordinateur, ils ne sont pas devenu demeuré ou des geek. Etrangement ils ont le sens de la famille et du travail, ils ne sont pas riche non plus mais pas dans le besoin, ils voyagent à l’étranger, ils partent en vacances, ils ont aussi un ordinateur, téléphone portable, vélo …et pour finir il prévoit leur retraite, ils mettent de l’argent de côté pour l’achat de leur appartement et tout ça dans un pays où tout va mal, comme quoi quand on arrête de regarder dans la mauvaise direction on peut se rendre compte qu’il y a aussi de belle chose, parfois très simple.

Ma devise : » tout est possible à n’importe quel âge »

Bonne réception

Philippe

- Répondre -

L'avenir de la pensée économique est le nôtre

le 22 décembre 2016, 10:49 par Dominique Michaut

L’enveloppe à l’adresse de l’IREF que je n’ai plus qu’à glisser dans une boîte de La Poste contient un chèque. Bien que le montant de ce dernier ne soit vraiment pas faramineux, cette fois-ci j’attends en retour de Jean-Philippe Delsol ou Nicolas Lecaussin davantage qu’un merci et un reçu fiscal daté de 2016.
Les analyses et propositions estampillées libérales qui sont économiquement arbitraires surabondent. Le libéralisme en tant que philosophie sociale suffit moins que jamais à y voir assez clair en matière de politique économique. Beaucoup de nos concitoyens ne se sentiront tout à fait à l’aise en mentalité libérale qu’à la lumière d’une économie politique de base profondément renouvelée, problématique de la fiscalité et des dépenses publiques bien entendu incluse.
Quitte à ce la réponse soit que c’est actuellement prématuré, j’attends du président et du directeur de l’IREF qu’ils examinent la piste que signale cette préface du professeur Jacques Bichot (lecodemain.net/preface.html). Sont-ils enclins à croire que l’IREF contribuerait mieux au bien commun en intégrant à sa politique l’exploration au long cours de cette piste ?

- Répondre -

Encore un

le 18 mai, 21:47 par Fred

Votre intention est louable, mais il y a déjà Contribuables associés, l'Ifrap, Sauvegardes retraites,....
Unissez vous pour être plus forts, et après je donnerai.
Trop petit, pas de poids, argent perdu.
Cordialement

- Répondre -

Ce sera difficile !

le 18 mai, 22:00 par Laurent 46

Majoritairement des ENARQUES et pire encore tous de formation littéraire !les représentants de la soit disant société civile ne sont que l'équivalence de hauts fonctionnaires issus de structures para-publique.
Une petite exception quand même, l'extrémiste pur et dur pour les autre car lui, il se déplace avec de gros véhicules vous avez reconnu l'écolo de service Hullot.
A ce jour je ne connais pas une structure publique ou para-publique gérée par un Enarque qui ne soit pas en déficit chronique sauf leur portefeuille qui se remplit vite en rémunération et primes diverses.
La France est un pays qu'il faut éviter quand on est jeune et vite se sauver car après la main mise de l'ENA et des hauts fonctionnaires, le pouvoir va tomber entre les mains de musulmans qui déjà très nombreux et bien organisés vont trouver les vannes Macron bien ouvertes.

- Répondre -

La Société civile doit retrouver sa place

le 18 mai, 22:41 par Philippe Lassalle

La Société civile doit retrouver sa place dans l'édifice institutionnel ainsi que ses libertés. Les libertés d'entreprendre, de transmettre, d'éduquer librement les enfants mis au monde, de décider par elle-même des sujets qui la concernent directement (principe de subsidiarité), ect...
Nous ne nous laisserons pas faire par les idéologues.

- Répondre -

En accord complet avec vos propositions

le 19 mai, 03:33 par Joel Bourguignon

La France est victime de l'ultrasocialisme et non du libéralisme. Félicitations pour votre action. Je viens de vous envoyer un don.

- Répondre -

etat de droit ou république et

le 21 mai, 20:01 par alain le bihan

le titre de mon livre et le sous titre : le hollandisme phase finale du socialisme.
éditions l'Harmattan

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire